Congrès d’UD

Nouvelle-Calédonie, un nouveau bureau pour FO dans 6 mois

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

Le XIe congrès de la Confédération des Syndicats des Travailleurs de Calédonie (CSTC) Force Ouvrière s’est tenu le 19 novembre à Nouméa devant plus de 200 délégués. La commission administrative, le bureau et le secrétaire général de Force Ouvrière, Didier Kaddour, ont été reconduits pour six mois, à la demande des congressistes.

Le congrès, malgré ce délai, a permis de revenir sur les conflits qui sont survenus sur le territoire ces dernières années, notamment ValeNC, Sodexo et Starpacific. Les implantations ou renforcement du syndicat dans certaines entreprises sont également significatifs, que ce soit à la Société Générale ou à la CAFAT (Caisse de sécurité sociale). La population est également confrontée à des niveaux de prix des biens de consommation exorbitants, de 150 % à 200% des tarifs de la métropole. Les récentes implantations et acquisitions de grands groupes, tel que le groupe Bernard Hayot, reconstituant des monopoles de fait sur l’île ne rendront pas du pouvoir d’achat aux mélanésiens.

Problématiques d’emploi, d’environnement, de représentation

De nombreux dossiers ont, malgré ce contretemps, été évoqués, tel celui de l’environnement. Après plus d’un siècle d’exploitation de la richesse de son sous-sol (notamment en nickel), l’île « porte des cicatrices qui sont encore visibles et qui continuent de polluer ». En outre la construction de ces grands groupes provoque des besoins en énergie électrique, besoins satisfaits en faisant appel à des centrales à charbon alors que la Calédonie possède suffisamment de rivières pour construire des barrages et produire une énergie propre.

Les questions liées à la représentativité syndicale mais également à l’emploi local ont aussi été abordées. Un rééquilibrage dans le monde du travail permettant à la population mélanésienne de participer davantage au développement économique et d’être représentée dans tous les secteurs d’activité était prévu dans le cadre des accords de Matignon et de Nouméa. Si le congrès local fait le constat que ce dispositif a pu initialement produire les effets attendus, diverses contraintes et notamment administratives sont telles aujourd’hui qu’il est devenu inefficient.

Un congrès extraordinaire se réunira en mai prochain afin d’élire les nouvelles instances de la CSTC FO.


Michèle Biaggi, secrétaire confédérale de la CGT Force Ouvrière, au micro de Martine Nollet
Pour la secrétaire confédérale de Force Ouvrière Michèle Biaggi, le bilan du congrès est positif, malgré le report du vote. Elle revient sur la lutte de FO en Nouvelle-Calédonie et sur les objectifs du syndicat.