Nouvelle secrétaire confédérale, Rachèle Barrion prend la barre de la formation syndicale

Entre Militants par Evelyne Salamero

© F. BLANC

Rachèle Barrion, 51 ans, a été élue secrétaire confédérale par le Comité confédéral national de Force Ouvrière (CCN) des 25 et 26 septembre. Elle sera chargée de la formation des militants. Une tâche qui l’enthousiasme, elle qui a animé depuis trois ans des dizaines de stages aux quatre coins du pays.

Elle connaît bien le terrain. L’interpro aussi. Adhérente à FO depuis 1998, Rachèle Barrion a été secrétaire de son syndicat de base, le syndicat FO de l’hôpital de Saint-Nazaire, de 2007 à 2014. Elle a aussi été secrétaire adjointe de l’union locale de Saint-Nazaire de 2009 à 2013 et membre de la commission exécutive de l’union départementale de Loire-Atlantique de 2008 à 2013. Simultanément, elle a assumé le mandat de secrétaire adjointe du groupement départemental de la Fédération des Services publics et de Santé de 2008 à 2012. En 2014, la militante accepte des responsabilités nationales au sein de sa fédération, comme conseillère technique, et de son équipe de formateurs. En 2016, elle devient animatrice du CFMS (Centre de formation des militants syndicaux) confédéral. Elle est alors la deuxième femme au sein d’une équipe de trente-trois animateurs, ce qu’elle ne manque pas de faire remarquer...

Son objectif ? Transformer les adhérents en militants, en leur donnant l’envie de s’engager plus encore, de syndiquer leurs collègues, de porter un mandat, en les éduquant au respect de ce mandat à tous les étages de l’organisation, en leur transmettant d’autres informations que celles de BFM, en leur apprenant l’histoire de la CGT-FO, de la Sécu, des retraites… Il s’agit de les armer face au on ne peut pas faire autrement, c’est comme ça . Car c’est pour elle une évidence : On ne peut pas développer l’organisation sans formation.

On ne peut pas se développer sans former les militants

Cette façon de voir les choses fait écho à sa propre expérience. Rachèle a commencé à travailler à 20 ans mais ne s’est syndiquée que dix ans plus tard, parce que la CFDT, alors majoritaire, ne lui donnait vraiment pas envie de le faire. Jusqu’au jour où elle entend Anne Bourgeois, secrétaire du syndicat FO, qui finira par devenir première organisation syndicale de l’hôpital quelques années plus tard. J’avais enfin des réponses à mes questions sur mes conditions de travail, c’était l’inverse du c’est comme ça. Anne était une femme extraordinaire, une militante hors pair, qui m’a transmis une grande pugnacité, qui m’a appris à ne jamais lâcher et à oser. Depuis cette rencontre, Rachèle Barrion n’a jamais cessé de militer.

Mais la force de son engagement prend aussi racine dans son histoire familiale. Fille et petite-fille de marins, elle observe l’engagement, face à la mer, d’un capitaine (son père) vis-à-vis de son équipage et de sa famille, et l’engagement des femmes face à l’absence. Elle apprend leur débrouillardise, le compte sur toi-même. Elle apprend à privilégier la qualité des moments partagés plus que leur quantité, et cela lui sera précieux pour concilier maternité, vie de famille et engagement militant. Et de tout cet héritage, elle a aussi retiré son goût pour les défis, qui l’a d’ailleurs conduite à ne pas hésiter longtemps avant d’accepter d’être candidate au mandat de secrétaire confédérale.

Rachèle Barrion sait que de sérieux challenges l’attendent, le premier étant de répondre aux demandes de formation sur les CSE et les CSSCT. Mais la priorité des priorités, dit-elle, est d’être au plus près des demandes des unions départementales et des fédérations, et donc de poser le diagnostic de leurs besoins car la formation c’est l’affaire de toute la maison.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Et maintenant, Sanofi ose la délocalisation des fonctions support

Industrie pharmaceutique par Clarisse Josselin

A peine un mois après la signature d’un accord de rupture conventionnelle collective (RCC) portant notamment sur 600 postes dans les fonctions support, Sanofi a annoncé le 4 avril sa volonté d’externaliser et de délocaliser un grand nombre de ces activités. FO dénonce une duperie et redoute des licenciements.