Nouvelle vague de passages en location-gérance chez Carrefour : la FGTA-FO demande l’arrêt immédiat de la casse sociale !

Fédération FGTA-FO par FGTA-FO

© Eric TSCHAEN/REA

Communiqué de la FGTA-FO

Mercredi 19 octobre 2022, la Direction du groupe Carrefour a annoncé la liste des hypermarchés et supermarchés qui devraient passer en location-gérance (ou franchise) en 2023. 16 hypermarchés et 25 supermarchés sont concernés.

Pour rappel, le passage des magasins en location-gérance ou franchise fait perdre à court terme aux salariés des avantages importants liés à leur appartenance au Groupe Carrefour comme l’intéressement ou la participation.

Malgré l’accord de clause sociale négocié par FO qui préserve une partie des acquis des salariés (garanties mutuelle et prévoyance, tickets restaurants, priorité de réembauche, remise sur achat de 10%, volontariat du travail du dimanche et congé de fin de carrière), le compte n’y est clairement pas. La perte de pouvoir d’achat engendrée par le changement de statut frappe de plein fouet les salariés de la 2e ligne qui, après avoir été fortement sollicités pendant la crise sanitaire, subissent la flambée de l’inflation depuis plus d’un an.

La FGTA-FO dénonce cette casse sociale engendrée par la destruction du modèle intégré qui s’est accélérée depuis la présidence d’Alexandre Bompard.

La FGTA-FO exige que les magasins en difficulté bénéficient d’une alternative commerciale innovante, mais aussi des investissements nécessaires et des effectifs suffisants leurs permettant d’améliorer leurs résultats et de rester dans le réseau intégré.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.