De plus en plus d’enfants coursiers à vélo : FO monte au créneau

Transports par Evelyne Salamero

© Denis ALLARD/REA

Jusqu’où ira l’ubérisation de la société ? Malgré les signalements effectués par la Fédération FO des transports et de la logistique auprès du ministère de tutelle, rien n’a encore été entrepris pour faire respecter l’interdiction du travail des enfants dans les entreprises de livraisons à vélo. FO exige la mise en place immédiate d’une carte professionnelle pour lutter contre ce fléau.

Ils ont pour la plupart entre 11 et 15 ans et travaillent pour un salaire de misère, si tant est que l’on puisse encore appeler ça un salaire : 6 euros en moyenne par livraison, dont ils reversent la moitié à l’adulte qui leur a sous-traité la course. Les enfants coursiers à vélo sont de plus en plus nombreux, dénonce la fédération FO des Transports et de la logistique (FNTL FO UNCP), qui a déjà alerté le ministère à plusieurs reprises.

Le gouvernement a la responsabilité de faire respecter les normes fondamentales de l’OIT

Le gouvernement doit maintenant agir de toute urgence, insiste FO, pour que l’État français respecte les conventions fondamentales de l’OIT (organisation internationale du Travail) qui interdisent le travail des enfants et que la France a, qui plus est, ratifiées. (Les normes – fondamentales – de l’OIT, dont celles sur l’interdiction du travail des enfants font partie, n’ont pas besoin d’être ratifiées par un État pour que celui-ci doive rendre des comptes quant à son application sur son territoire).

Une carte professionnelle pour mieux contrôler

La Fédération FO exige la mise en place immédiate d’une carte professionnelle, à la charge des plateformes, que chaque coursier devra présenter à la prise en charge de la marchandise ainsi qu’au moment de sa livraison. Cela permettra dans un premier temps de diminuer de façon drastique le travail des enfants mais aussi le travail des immigrés clandestins, qui sont eux aussi touchés par cet esclavage des temps modernes, explique la fédération pour qui l’ubérisation de notre société doit être mieux et très encadrée faute de quoi nous continuerons à assister à de telles dérives. Elle rappelle au passage que le problème du statut des VTC (indépendant ou salarié ?) n’est toujours pas réglé…

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Début de régulation dans le secteur des VTC ?

Transports par Nadia Djabali

Les représentants des chauffeurs de VTC, de taxis et des plateformes ont été réunis au ministère des Transports. De très « fortes divergences » se sont exprimées sur les questions de la réglementation du temps de conduite et sur la mise en place d’une tarification plancher.

Quelles sont les durées maximales de travail ?

Durée du travail/Horaires/Pause/Astreintes

La durée du travail ne peut excéder 10 heures par jour , ni 48 heures par semaine , ni 44 heures en moyenne sur 12 semaines consécutives (cette moyenne pouvant aller jusqu’à 46 heures).
Ces durées doivent être combinées avec les repos obligatoires : soit 11 heures consécutives entre 2 jours de (...)

L’origine des demandeurs d’emploi source de discrimination

Baromètre par Françoise Lambert

Un demandeur d’emploi sur trois déclare avoir été victime d’une discrimination à l’embauche quelle que soit son origine, selon une enquête du Défenseur des droits et de l’Organisation internationale du travail. L’origine extra-européenne est un facteur important de cette discrimination.
Lors de leur (...)

COP 21 : Copie blanche ce vendredi soir !

International par Evelyne Salamero

Malgré une longue nuit de négociations entre les 195 pays représentés à la Conférence mondiale sur le climat, la présidence française n’a pas été en mesure de présenter comme prévu un projet d’accord ce vendredi 11 décembre au matin.