Emploi et Salaires - FO Hebdo

ONF : les syndicats pointent un management désastreux

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

© Fred MARVAUX/REA

Rien ne va plus entre la direction de l’ONF (Office national des forêts) et les personnels (9 000 dont 6 000 fonctionnaires environ). Depuis de longs mois pour ne pas dire une année ces personnels de statut public et privé alertent leur hiérarchie et leurs ministères de tutelle sur « le malaise » qui règne en interne dans les différents services (techniques, administratifs…). Cela sur fond de suppressions d’emplois (25% des effectifs perdus en dix ans) et de réformes des services censés s’adapter aux restructurations des implantations lesquelles sont calquées sur le nouveau découpage territorial. Les syndicats dont FO pointent les agissements de la Direction générale qui manage par la peur, ignore la concertation, fait fi des instances des salariés et s’affranchit des règles de la fonction publique ou du code du travail.

Depuis décembre dernier, les syndicats de l’ONF dont FO (personnels administratifs de l’ONF/SNPA-FO et personnels techniques SNTF-FO, ingénieurs de l’Agriculture et de l’environnement/SNIAE-FO) ne cessent de tirer la sonnette d’alarme sur le profond malaise qui règne en quelque sorte à tous les étages de l’ONF. En vain.

Pour l’instant les différents messages adressés au ministère de l’agriculture, à la direction générale de l’ONF, les déclarations en CTM (comité technique ministériel) ou encore le 17 mai dernier la lettre ouverte adressée au Président du conseil d’administration de l’ONF (structuré en EPIC/établissement public à caractère industriel et commercial créé en 1964) n’y ont rien fait.

Les personnels sont toujours en souffrance au travail. Ils subissent une politique de management fait de pressions, d’absence de concertation et même de discussions… explique Alain Thuot en charge du secteur Forêt au sein de la fédération FO de l’Agriculture, alimentation, tabacs et activités annexes (FGTA-FO).

Alors que l’établissement qui gère 4,7 millions d’hectares de forêts publiques en métropole (soit 27% de la forêt française) et 5,6 millions d’hectares en outre-mer a fêté ses 50 ans l’an dernier, l’humeur des personnels est loin de la quiétude des belles forêts.

Une épaisse forêt de dysfonctionnements

Tous les efforts exigés des personnels depuis plusieurs décennies ne sont jamais récompensés. Pire encore, les diminutions drastiques des effectifs ont accentué toujours plus le malaise qui règne, comme l’avait démontré l’audit socio-organisationnel de 2012 écrivait le 17 mai cinq syndicats (dont deux syndicats FO de l’ONF) dans leur lettre ouverte au Président du conseil d’administration.

Parcours professionnels difficiles, insuffisance des remplacements de personnels lors des départs en retraite, équipes de terrain réduites, charges de travail qui ne cessent d’augmenter, perturbation des agents dans leur travail dans le cadre de réformes qui ont restructuré les missions et le découpage territorial (fusions/découpage de directions territoriales et aussi des unités territoriales locales)… les personnels, agents du public ou salariés demandent à la direction que tout cela cesse.

Face à ce malaise peu de mesures correctives ont été mises en places. Quelque unes sont même abandonnées par choix de la Direction générale relèvent encore les syndicats. La Direction générale plus précisément le directeur, M. Christian Dubreuil focalise toute la colère des personnels.

Depuis plus d’un an maintenant, les personnels subissent un management reposant sur la peur et le mépris des règles, qu’elles soient de la fonction publique ou bien du code du Travail, et en oubliant parfois que ces femmes et ces hommes sont des êtres humains qui méritent le respect indiquent les syndicats. Et ils listent les dysfonctionnements. Le directeur général nie le rôle des instances représentatives et rend caduque toute forme de dialogue social, des directives vont à l’encontre des intérêts d’une gestion durable des forêts, la direction générale néglige volontairement le droit dans la gestion des emplois, l’insécurité permanente —notamment pour l’encadrement— règne désormais à l’Office soumis au seul bon vouloir de la direction générale…

Quand la direction nie les IRP…

Les syndicats fustigent l’absence de publicité ou d’appel à candidature pour les postes vacants et quel que soit le niveau de responsabilité. La note de service sur l’organisation opérationnelle et le fonctionnement de la santé et sécurité au travail à l’ONF n’a pas été présentée au IRP (instances représentatives du personnel) mais c’est pourtant ce que prétend la Direction en la publiant s’irritent encore les syndicats remarquant par ailleurs que les missions de l’inspecteur santé et sécurité au Travail (valisées à l’unanimité par les représentants des personnels en CCHSCT) ne sont même plus évoquées dans cette note et cela sans en informer le CCHSCT.

Et de s’inquiéter aussi des dysfonctionnements du comité central d’hygiène et de sécurité (CCHSCT) alors que les collègues continuent d’encourir des risques dans le cadre des projets en cours de mise en œuvre à l’ONF. Ils évoquent encore l’absence de consultation des IRP en amont de la publication de l’instruction relative à l’évolution des métiers de terrain. Cette instruction, soulignent les syndicats, amène pourtant une évolution significative des métiers des personnels de terrain (3 000 agents) et des ouvriers forestiers (3 000 salariés).

Il y a donc « urgence » à agir lançaient les syndicats en décembre dernier lors d’un comité technique ministériel. Le principal ministère de tutelle de l’ONF (le ministère de Agriculture, Agroalimentaire et Forêt) doit exercer ses missions de contrôle de l’atteinte des objectifs économiques fixés dans le Contrat d’Objectifs et de Performance (COP) mais également de ceux relatifs au dialogue social. Ce dernier ne doit pas se résumer à une présentation d’un projet sans possibilité d’amendement : ce n’est plus un dialogue, mais un monologue.

Les pièges du Contrat d’objectifs et de performance

Un des principaux acteurs du malaise des personnels, fonctionnaires comme salariés, est ce Contrat d’objectifs et de performance (COP) passé entre l’État et l’ONF et à réaliser par l’Office entre 2016 et 2020. Il prétend à une stabilisation des effectifs d’ici 2020. Faux répondent les syndicats dont FO.

Cette stabilisation se réaliserait non à travers les emplois pérennes mais par la montée en puissance des emplois aidés. De 253 en 2015, ils devraient passer à 551 en 2020 selon les chiffres du COP.

De leur côté les ingénieurs FO de l’Agriculture et de l’Environnement pointent un autre phénomène. Il serait prévu non une baisse des effectifs de fonctionnaires mais une augmentation des CDI de droit privé, avec un objectif de ratio de 30% de postes occupés par des agents de droit privé ? En réalité, l’ONF est dans une logique purement comptable. Les personnels de droit privé coûtent moins cher que les fonctionnaires, ce qui explique les raisons de leur montée en puissance dans l’établissement.

Au cœur encore du malaise et en lien avec le COP 2016-2020, la restructuration interne des implantations de l’ONF cela pour coller à la nouvelle carte née de la réforme territoriale (découpage régional en treize régions contre vingt-deux auparavant).

Même si cela ne s’imposait pas, l’ONF a décidé de modifier son organisation interne pour s’adapter à la fusion des régions. L’ONF étant incapable de faire une réforme sans traumatiser ses agents, c’est là encore une source de problème et de souffrance expliquent les ingénieurs FO qui notent que depuis une trentaine d’années, l’ONF aura imposé à ses agents des réforme en continu.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Valérie Forgeront

Journaliste à FO Hebdo

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément