Emploi et Salaires

Ordre infirmier : FO s’insurge

, Françoise Lambert

Recommander cette page

En dépit de l’opposition de FO et de la grande majorité des organisations syndicales à l’inscription automatique des infirmiers et infirmières salariés à l’Ordre infirmier, le gouvernement vient de proposer un projet de décret.

Une vraie provocation pour des personnels déjà en grande souffrance et en manque de reconnaissance : C’est ainsi que la fédération des services publics et de santé FO qualifie la présentation, le 26 octobre, au Haut conseil des professions paramédicales, d’un projet de décret permettant l’inscription automatique des infirmiers et infirmières à l’Ordre national infirmier.

FO demande l’abrogation de l’ordre infirmier

En juin, FO et cinq autres syndicats avaient demandé à la nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn, d’abroger par une loi l’Ordre infirmier, très critiqué à l’hôpital public depuis sa création en 2006.

Le 23 octobre, reçue par la ministre sur l’hôpital public et les Ehpad, une délégation de la fédération des services publics et de santé FO a réitéré ses revendications concernant l’ordre infirmier.

Pour FO, il n’existe aucune raison valable de contraindre les infirmiers salariés à d’adhérer à l’ordre infirmier puisqu’il existe déjà à l’hôpital des instances disciplinaires et des garanties d’encadrement de la profession.

Mais surtout, l’organisation syndicale estime que le diplôme d’État doit rester le seul critère pour une embauche à un poste d’infirmier.

Payer pour avoir le droit de travailler ?

Avec l’ordre infirmier, le gouvernement institue le devoir de payer pour avoir le droit de travailler !, s’insurge Didier Birig, secrétaire fédéral à la fédération des services publics et de santé FO (SPS-FO), il faut savoir que des salariés sont souvent contraints ou menacés de ne pas trouver de poste dans les établissements, s’ils ne peuvent pas justifier de leur adhésion à l’Ordre.

Un rejet quasi général parmi les salariés

En dépit de ces pressions, le rejet de l’Ordre infirmier par les salariés reste patent. Sur les 555 000 infirmières et infirmiers français (secteur libéral et public confondus) seuls quelque 170 000 professionnels se sont inscrits à l’Ordre infirmier.

L’abrogation de l’Ordre infirmier figurera au rang des revendications des personnels hospitaliers lors de la mobilisation du 16 novembre.