Ouverture de la COP 25 : des mesures sociales doivent accompagner la transition vers une économie bas carbone

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Marjorie Alexandre

DR

La Conférence des Parties (COP) s’ouvre cette semaine à Madrid. Depuis plusieurs années, FO est partie prenante de la délégation syndicale internationale, avec la CSI (Confédération syndicale internationale), pour y porter l’exigence d’une action coordonnée des États, intégrant l’impératif de la justice sociale.

S’il n’y a pas d’emploi sur une planète morte, les politiques d’atténuation et d’adaptation face au réchauffement climatique, et aux dérèglements météorologiques et environnementaux qui en découlent, ne peuvent laisser pour compte les salariés et leurs familles, à fortiori les moins favorisés.

Cela demande que les politiques et décisions nécessaires prennent en compte effectivement l’expression des syndicats et résultent de la négociation collective. Cela demande que les principes de la liberté syndicale ainsi que les conventions internationales du travail, notamment en matière de santé et sécurité au travail, soient effectivement respectés partout dans le monde.

FO réaffirme que ni les salaires ni l’emploi ne sont ennemis du climat. C’est pourquoi l’OIT, qui a adopté des principes directeurs sur la transition juste en 2015, doit être pleinement au cœur des débats de la COP.

Au niveau national, FO a décidé de la mise en place d’une conférence syndicale permanente consacrée à la question climatique et environnementale. Il s’agit de faire de cet enjeu une revendication syndicale indépendante. FO n’entend céder ni au fatalisme, ni à la facilité des slogans en développant ses analyses, exprimant les questions auxquelles elle estime nécessaire que des réponses soient apportées. Lors de sa première réunion, FO se félicite d’avoir pu auditionner Jean Jouzel, climatologue et directeur de recherche au CEA..

Des pans entiers de l’économie seront en effet touchés par des décisions unilatérales telles que l’arrêt du moteur thermique à horizon 2040 ou l’arrêt des subventions aux énergies fossiles. Il relève de la responsabilité des États – en consultation avec les organisations syndicales – d’anticiper et de prendre toutes les dispositions et mesures sociales afin que nul ne soit laissé pour compte en termes d’emploi aujourd’hui et demain, de droits sociaux, de pouvoir d’achat.

FO estime par ailleurs que des politiques nationales et coordonnées aux niveaux européen et international, devraient prévoir des investissements massifs en matière de recherche, d’innovation, des politiques industrielles et de services répondant aux enjeux climatiques et environnementaux, convaincue qu’ils seront porteurs de croissance et d’emplois.

FO, aux côtés de la CSI, revendique donc davantage d’ambition sociale dans les décisions environnementales.

Béatrice Clicq Secrétaire confédérale au Secteur de l’Egalité et du Développement durable

Marjorie Alexandre Secrétaire confédérale au Secteur International, Europe et Migrations

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Après le 5 décembre, déterminé-es pour gagner !

Communiqué de FO

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNL, FIDL et UNEF se félicitent de l’ampleur des mobilisations par la grève lancée ce 5 décembre et par la participation massive aux manifestations organisées partout dans le pays.

Non, la réforme des retraites ne réduira pas les inégalités femmes hommes !

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Michel Beaugas

L’un des arguments les plus souvent utilisés par les promoteurs du régime unique par points est qu’il améliorerait la situation des femmes à la retraite. Or l’Institut de la Protection Sociale (IPS) a publié un rapport pointant les impacts négatifs du projet qui conduirait de fait à « une baisse de retraite programmée pour de nombreuses femmes ».

Restructuration des branches : Le Conseil constitutionnel limite les pouvoirs du ministre du Travail

Communiqué de FO par Karen Gournay

Alors que la restructuration des branches de moins de 5000 salariés est quasiment terminée et que tout le monde reste dans l’attente du rapport Ramain qui doit préfigurer l’acte 2 du processus, la décision du Conseil constitutionnel du 29 novembre 2019 vient réaffirmer la valeur constitutionnelle de la liberté contractuelle et limiter l’immixtion du ministère du Travail en matière de négociation collective.