Communiqué de la FEC-FO - Section Banques et Stés Financières

Pacte de responsabilité : les banquiers tergiversent

, Employés et Cadres

Recommander cette page

Après 3 réunions durant lesquelles l’AFB s’était vu réclamer par la délégation FO des engagements fermes en termes d’emploi, de formation, de conditions de travail…, la délégation patronale avait renvoyé au 26 novembre la tenue d’une nouvelle réunion avec d’hypothétiques engagements sur ces sujets.

C’est sans surprise que le 20 novembre, la Fédération FO de la Banque recevait un courrier de l’AFB l’informant de l’annulation de la réunion du 26 novembre, mais pire encore, reprenant dans ce courrier plusieurs contraintes nouvelles imposées à notre profession qui remettraient en cause les discussions sur le pacte de responsabilité.

Pour FO Banques, c’est scandaleux même si les promesses n’engagent que ceux qui veulent bien y croire. Le pacte de responsabilité (accordé aux banques) doit obligatoirement être accompagné d’engagements fermes sur l’emploi, la formation, les conditions de travail des salariés de notre profession.

Ce ne sont pas les nouvelles charges invoquées par les banques (Fonds de Résolution Unique européen ou taxe systémique) qui remettront en question la bonne santé économique des banques.

FO Banques dénonce la gabegie financière du CICE qui risque maintenant d’être suivie par celle du pacte de responsabilité. Il est inadmissible que l’on puisse toucher des aides en millions d’euros et dans le même temps continuer à détruire des emplois et dégrader les conditions de travail.

Voir en ligne : Fédération des Employés et Cadres FO - Site internet

A propos de cet article

Sur l’auteur

Employés et Cadres

Secrétaire Général
Sébastien BUSIRIS
54 rue d’Hauteville
75010 Paris

Téléphone : 01 48 01 91 91
Fax : 01 48 01 91 92
E-mail : fecfo@force-ouvriere.fr

Site internet : http://www.fecfo.fr/

Sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

27 juin 1924

L’assassinat du leader socialiste Giacomo Matteotti
En Italie, l’opposition aux fascistes, divisée, commet l’erreur d’abandonner la lutte parlementaire et cent vingt-sept députés se« retirent sur l’Aventin ». Pourtant un sursaut était encore possible, comme en témoigne l’immense indignation qui émeut le pays après l’assassinat du leader socialiste Giacomo (...)

En Italie, l’opposition aux fascistes, divisée, commet l’erreur d’abandonner la lutte parlementaire et cent vingt-sept députés se« retirent sur l’Aventin ». Pourtant un sursaut était encore possible, comme en témoigne l’immense indignation qui émeut le pays après l’assassinat du leader socialiste Giacomo Matteotti.