Communiqué de FO

PACTE : Un cheval de Troie truffé de cavaliers législatifs

, Nathalie Homand, Pascal Pavageau

Recommander cette page

Alors même que plusieurs des dispositions du projet de loi PACTE concernent directement les travailleurs et le social, aucune concertation avec les organisations syndicales ne s’est tenue. Le patronat, quant à lui largement consulté, ne peut que se réjouir d’un texte dont l’ambition n’est autre que de simplifier la vie des entreprises en les libérant de « contraintes » et « charges » administratives, sociales et fiscales.

Ce texte gouvernemental lourd de 71 articles, s’inscrit ainsi dans la continuité des précédents et fait figure de « 7e ordonnance » écrite par et pour le patronat. Parmi les dispositions les plus inquiétantes pour Force Ouvrière figurent l’augmentation des seuils sociaux conduisant à exonérer de plus en plus d’entreprises des obligations qui leur sont liées – en particulier celle de prévoir un local syndical ou de rédiger un règlement intérieur – la multiplication des exonérations de forfait social accentuant encore davantage la perte de recettes pour les comptes sociaux, ou encore le désengagement de l’État du capital de certaines entreprises, ouvrant la voie à de nouvelles privatisations. A cela s’ajoutent des dispositions relatives à l’épargne retraite, pourtant nullement évoquées lors des concertations en cours sur la réforme des retraites.

Ces dispositions ne font que conforter l’orientation du « tout-entreprise », tendant à transférer des pans entiers du droit du travail à la négociation d’entreprise, justifiant une casse du cadre réglementaire au détriment de la hiérarchie des normes et du principe de faveur. Parce qu’elles relèvent d’une logique d’auto-régulation, les quelques cautions en matière de responsabilité sociale d’entreprise ne peuvent se suffire à elles-mêmes et, surtout, ne peuvent faire oublier l’absence de mesures favorables aux travailleurs.

Une nouvelle fois, le gouvernement fait le choix d’ignorer la consultation préalable des organisations syndicales en présentant un projet dans l’intérêt unique des entreprises : si PACTE il y a, c’est assurément avec le patronat qu’il a été conclu.

 

A propos de cet article

Sur les auteurs

Pascal Pavageau

SECRETARIAT GENERAL


Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
Organisation dont les Outre-mer
Représentation de la Confédération et expression publique
Relations internationales
Responsable du dialogue social, des relations avec le personnel de la Confédération et des Ressources Humaines
Union Confédérale des Retraités (UCR)


Envoyer un message à Pascal Pavageau

Nathalie Homand

DEPARTEMENT DE L’ECONOMIE ET DU SERVICE PUBLIC


Economie
- Conjoncture économique
- Consommation & AFOC
- Investissement
- Fiscalité
Lutte contre les inégalités, l’exclusion et la pauvreté
Politiques et filières industrielles et services
Réforme de l’État et décentralisation
Service Public et suivi des politiques publiques

- Collectivités territoriales
- Culture, Education et Formation professionnelle des adultes (AFPA)
- Politiques régaliennes : Police, Justice & Armée
- Politiques d’aménagement durable du territoire dont l’Agriculture et le Logement
- Politiques de Santé publique
Au titre de l’Organisation : Actions, Mobilisations et gestion du matériel de propagande


Envoyer un message à Nathalie Homand

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 juillet 1862

Exposition universelle de Londres
A l’occasion de l’Exposition universelle, cent quatre-vingt-trois délégués parisiens de diverses corporations partent pour Londres. Ils s’aperçoivent que les travailleurs anglais ont la liberté de l’association, et qu’il existe une législation protectrice du travail. Ils constatent également que le (...)

A l’occasion de l’Exposition universelle, cent quatre-vingt-trois délégués parisiens de diverses corporations partent pour Londres. Ils s’aperçoivent que les travailleurs anglais ont la liberté de l’association, et qu’il existe une législation protectrice du travail. Ils constatent également que le logement du travailleur anglais est plus salubre que le celui de l’ouvrier français et que le salaire est de 30% plus élevé à Londres qu’à Paris.