Optimisation fiscale

Paradis Paper : Rien d’étonnant car rien n’est fait pour que ça cesse !

, Employés et Cadres

Recommander cette page

Communique de la Fédération des Employés et Cadres FO - Banques et Sociétés Financières

Pour FO Banques et Sociétés Financières, les dernières révélations intitulées « Paradis Paper » ne sont pas une surprise.

En effet, malgré nos démarches auprès des ministres et des présidents ainsi qu’auprès de la Commission Européenne, trop peu de choses ont été faites.

La loi bancaire mise en oeuvre sous François Hollande est bien trop timide, même si elle oblige à plus de transparence et plus de ratios prudentiels, elle ne va pas encore assez loin.

Pour preuve, les nombreuses affaires et amendes récentes dont ont été victimes les banques françaises ces derniers temps.

Pour FO Banques et Sociétés Financières, il est grand temps d’aller plus loin et de compléter la loi bancaire et les lois européennes afin d’obtenir encore plus de transparence dans une finance où l’optimisation fiscale est trop souvent proche de la « fraude fiscale ».

Le deuxième point sur lequel il faudrait agir afin d’éviter les milliards d’évasion fiscale est le renforcement de la loi permettant de protéger les lanceurs d’alerte.

La loi Sapin 2 ne suffit pas ! FO Banques et Sociétés Financières revendique un réel statut protecteur permettant :

  • une sécurité juridique du lanceur d’alerte ;
  • une sécurité financière du lanceur d’alerte ;
  • une sécurité physique du lanceur d’alerte et de sa famille.

C’est uniquement à ces conditions que l’on pourra lutter contre le scandale de l’évasion fiscale à grande échelle.

Dans une période où le gouvernement souhaite réduire les déficits (retraites, Sécu, budget de l’État...), il serait bon que les multinationales et certains millionnaires ne puissent plus contourner allègrement l’impôt aux yeux et vu de gouvernements complices...

FO Banques interpellera dans les prochains jours le Président Macron et son gouvernement sur ces sujets car pour FO Banques, il est urgent d’agir !

FO Banques et Sociétés Financières dit non à la fraude et à l’évasion fiscales et revendique la fin des paradis fiscaux.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Employés et Cadres

Secrétaire Général
Sébastien BUSIRIS
54 rue d’Hauteville
75010 Paris

Téléphone : 01 48 01 91 91
Fax : 01 48 01 91 92
E-mail : fecfo@force-ouvriere.fr

Site internet : http://www.fecfo.fr/

Sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Du 25 mai à 10h45 au 28 mai à 10h50

    L’AFOC sur France 3
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Lundi 28 mai de 08h10 à 08h15

    L’AFOC sur France Ô
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Lundi 28 mai de 19h30 à 20h00

    LCI
    Pascal Pavageau sera l’invité de David Pujadas

Éphéméride

26 mai 1904

Une étrange tentation de corruption
Que se passa-t-il exactement ? Des entrepreneurs et arçonniers offrirent 50 000 francs à Manot, secrétaire général du syndicat international des dockers pour organiser inopinément une grève de la corporation sur les quais de Marseille. Surpris par une telle sollicitation intempestive de la part des (...)

Que se passa-t-il exactement ? Des entrepreneurs et arçonniers offrirent 50 000 francs à Manot, secrétaire général du syndicat international des dockers pour organiser inopinément une grève de la corporation sur les quais de Marseille. Surpris par une telle sollicitation intempestive de la part des patrons, Manot, comprit aussitôt la provocation suspecte. Toutefois, il accepta les 50.000 francs qu’il versa aussitôt à la caisse du syndicat. Les entrepreneurs provocateurs n’eurent pas la grève qui camouflait, en vérité, un marchandage.
En revanche, le procureur de la République ouvrit une information judiciaire contre « les auteurs de la corruption qui furent poursuivis pour avoir à l’aide de manœuvres frauduleuses, tentés d’amener une cessation concertée du travail sur les quais de Marseille ».
Démasqués, les entrepreneurs coupables de corruption, décidèrent cyniquement d’attaquer Manot en diffamation !