Communiqué de FO

Pas de coup de pouce pour le Smic en 2019, le gouvernement récidive !

, Karen Gournay

Recommander cette page

Le 28 novembre le Premier ministre a affirmé sur BFMTV et RMC qu’il n’y aurait pas de coup de pouce supplémentaire pour le Smic au premier janvier 2019.

Pour la 7e année consécutive, le gouvernement récidive et se refuse à user de sa faculté de revaloriser le Smic au-delà de l’augmentation obligatoire prévue par la loi.

Il prive par conséquent un très grand nombre de travailleurs (près de 2 millions de salariés du secteur privé) d’une augmentation véritable de leur pouvoir d’achat.

Rappelons qu’entre 2008 et 2016, c’est en moyenne 440 euros par an qu’ont perdu les ménages dans l’Hexagone !

Dès lors, la revendication de Force Ouvrière reste la même : porter le Smic à 80 % du salaire médian soit un Smic mensuel net à hauteur de 1 437 euros contre 1 184 aujourd’hui. Une augmentation d’un peu plus de 200 euros que le gouvernement se refuse catégoriquement à envisager.

En guise de justification, dans un contexte de grogne et de revendications salariales généralisées, le Premier ministre a avancé que les salaires nets avaient augmenté en octobre du fait de la baisse des cotisations.

Cette affirmation est tout simplement un leurre et Force Ouvrière dénonce la stratégie du gouvernement visant à faire passer la diminution des cotisations sociales pour une augmentation générale des salaires et du pouvoir d’achat.

Par ailleurs, et pour la 2e année consécutive, le gouvernement annonce l’absence de coup de pouce à la revalorisation du Smic avant même la tenue de la réunion de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), ce qui témoigne une fois de plus du mépris affiché à l’égard des interlocuteurs sociaux.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Karen Gournay

Secrétaire confédérale au Secteur de la négociation collective et des salaires

  • Négociation collective & Restructuration des branches (dont CNNC et HCDS)
  • Salaires, rémunérations et pouvoir d’achat
  • Comité social et économique (CSE), Comité de groupe et Comité d’entreprise européen (CEE)

Envoyer un message à Karen Gournay

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 février 1788

Création de la Société des Amis des Noirs
La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une (...)

La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une émancipation immédiate des esclaves. Grâce à cette propagande, 49 cahiers de doléances sur 600 mentionnèrent dans leurs revendications l’abolition de l’esclavage.
La Convention abolit l’esclavage le 4 février 1794 en ces termes :
« La Convention déclare l’esclavage des nègres aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »
Sans amoindrir la portée émancipatrice de cette décision historique, on ne peut passer sous silence que certaines de ses raisons avaient aussi une portée de politique internationale : c’était un moyen de lutte contre les Anglais.
Bonaparte rétablit l’esclavage par la loi du 10 mai 1802 .