CNews le 3 septembre 2018

Pascal Pavageau, Secrétaire général de FO : « Que l’impôt ne serve pas aux cadeaux fiscaux des entreprises ! »

, Pascal Pavageau

Recommander cette page

« Pascal Pavageau, Secrétaire général de Force Ouvrière, appelle le gouvernement à en faire davantage pour les plus modestes. » (CNews)

A propos de cet article

Sur l’auteur

Pascal Pavageau

SECRETARIAT GENERAL


Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
Organisation dont les Outre-mer
Représentation de la Confédération et expression publique
Relations internationales
Responsable du dialogue social, des relations avec le personnel de la Confédération et des Ressources Humaines
Union Confédérale des Retraités (UCR)


Envoyer un message à Pascal Pavageau

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

12 novembre 1938

Décrets-lois Daladier-Reynaud
En France, l’opinion publique est divisée entre « munichois » et « anti-munichois » ; les controverses sont vives jusqu’au sein du mouvement syndical. C’est dans ce climat qu’intervient la publication des décrets-lois par lesquels le gouvernement Daladier supprime « la semaine des deux dimanches », (...)

En France, l’opinion publique est divisée entre « munichois » et « anti-munichois » ; les controverses sont vives jusqu’au sein du mouvement syndical. C’est dans ce climat qu’intervient la publication des décrets-lois par lesquels le gouvernement Daladier supprime « la semaine des deux dimanches », augmente l’impôt sur les salaires, etc. Interprète du sentiment ouvrier, Léon Jouhaux déclare : « Nous n’accepterons pas que l’on substitue par décret à la loi des quarante heures la semaine de quarante-cinq heures et de quarante-huit heures. Nous n’avons pas fait juin 1936 pour subir, en 1938, l’arbitraire que l’on veut nous imposer. Nous ne nous inclinerons pas... Ils ont rédigé des formules pour jeter de la poudre aux yeux, pour rassurer ceux qui tremblent et pour leur dire : “Vous pouvez revenir : nous avons maté la classe ouvrière”. Eh bien, non ! Ils ne l’ont pas encore matée. »

En riposte, la grève est lancée pour le 30 novembre 1938. Hélas ! C’est un échec !