Communiqué de FO

Perte d’autonomie : le Président invente « les premiers de corvées »

, Philippe Pihet

Recommander cette page

Madame Buzyn vient d’évoquer pour le financement de la perte d’autonomie un deuxième lundi de pentecôte travaillé, le Président de la République a trouvé l’idée intéressante.

Force Ouvrière dénonce fermement cette piste de financement, absolument inégalitaire qui cible, après les retraités et la CASA de 2013, les salariés.

L’injustice puissance deux : la première journée est déjà financée par les salariés, et uniquement eux !

L’incohérence dans les financements des fonds sociaux : au nom de la couverture universelle le gouvernement augmente la CSG en diminuant les cotisations sociales pour les salariés.

La perte d’autonomie ne touche donc que les anciens salariés ?

Force Ouvrière rappelle que la perte d’autonomie est une question relevant du social, de l’économique et de la dignité et qu’elle doit relever de la Sécurité sociale, c’est-à-dire de la solidarité.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Philippe Pihet

DEPARTEMENT DES RETRAITES ET DE LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE


Prévoyance sociale
Retraites, retraites complémentaires et pensions
Union Confédérale des Retraités (UCR)
Vieillesse et dépendance
Relations avec les partenaires


Envoyer un message à Philippe Pihet

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Du 14 au 25 mai

    SOS Impôts
    Nos spécialistes sont à votre disposition du 14 au 25 mai 2018 (de 9h à 12h et de 14h à 17h, lundi (...)
  • Du 25 mai à 10h45 au 28 mai à 10h50

    L’AFOC sur France 3
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Lundi 28 mai de 08h10 à 08h15

    L’AFOC sur France Ô
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)

Éphéméride

24 mai 1958

On apprend l’arrivée en Corse de parachutistes qui soutiennent un comité de salut public, créé à l’exemple et à l’instigation de celui d’Alger le 13 mai. Là, le 15 mai, le« Vive de Gaulle »de Salan a de larges échos ; le 19, de Gaulle déclare qu’il se tient à la disposition du pays ; Antoine Pinay puis Guy (...)

On apprend l’arrivée en Corse de parachutistes qui soutiennent un comité de salut public, créé à l’exemple et à l’instigation de celui d’Alger le 13 mai. Là, le 15 mai, le« Vive de Gaulle »de Salan a de larges échos ; le 19, de Gaulle déclare qu’il se tient à la disposition du pays ; Antoine Pinay puis Guy Mollet prennent contact avec lui.