Peugeot MotoCycles : cette entreprise centenaire doit survivre

Communiqué de FO Métaux par Métaux

Peugeot MotoCycles subit de graves difficultés financières, FO n’acceptera aucun licenciement pour les 500 salariés du site de Mandeure (25) et revendique la hausse des volumes de production avec le nouveau partenaire Indien.

Suite à la mauvaise situation financière de Peugeot MotoCycles, la direction du Groupe PSA annonce aujourd’hui un plan de redressement du site de Mandeure et l’arrivée d’un nouvel actionnaire majoritaire, l’Indien « Mahindra ».

Ce nouvel actionnaire détiendra 51 % des parts de Peugeot MotoCycles et apporte 15 millions d’euros dans les caisses de Peugeot MotoCycles.

FO salue cette arrivée d’argent frais qui sauve Peugeot MotoCycles de la faillite.
Si Mahindra sauve financièrement Peugeot MotoCycles, il n’en a pas moins de responsabilités pour l’avenir du site de Mandeure qui compte 500 salariés.

Mahindra a vendu 200 000 scooters en Inde en 2014, contre 60 000 vendus par Peugeot MotoCycles dans le Monde.

FO exige donc que Mahindra ouvre le marché indien à la marque Peugeot Scooters et que ces ventes supplémentaires permettent une hausse des volumes de production du site de Mandeure, notamment pour les scooters haut de gamme Metropolis, absents aujourd’hui de la gamme Mahindra.

Le plan de redressement annoncé aujourd’hui par la direction PSA passe par la sous-traitance d’activités de logistique et ferrage.

FO refuse tout licenciement et exige la mise en place d’un plan de départs anticipés en retraite avec des conditions financières aussi favorables que celles mises en place pour le site de production automobile de Sochaux.

C’est la dernière chance pour Peugeot MotoCycles, cette entreprise est un fleuron économique de la région du Nord-Franche-Comté, fief de la famille Peugeot.

Cette entreprise doit être sauvée, la marque Peugeot Scooters doit survivre, la direction PSA doit profiter de l’arrivée du nouvel actionnaire Mahindra pour répandre à travers toute l’Asie la technologie haut de gamme des scooters Peugeot.

 Voir en ligne  : FO Métaux

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Les trente ans de privatisations qui ont rétréci l’État

Economie

D’après l’Insee, l’État contrôle deux fois moins d’entreprises aujourd’hui qu’en 1984. Il détient, directement ou non, plus de la moitié du capital de 1 444 entreprises contre 3 500 alors.
Et ces entreprises comptent trois fois moins de salariés (801 000 au lieu de 2,5 millions). L’État s’est désengagé (...)

Regroupement Safran Zodiac

Economie par Métaux

La Fédération FO Métaux, les équipes FO Safran et FO Zodiac ont pris acte du regroupement des entreprises Safran et Zodiac.