Emploi et Salaires

Pôle emploi : un écrit syndical n’aurait pas dit mieux !

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

© Marta NASCIMENTO/REA

Une mission parlementaire a dressé le bilan des dix ans de Pôle emploi et de la performance de cet établissement public à caractère administratif né de la fusion de l’ANPE et des Assedic en 2008. Selon cette mission commandée en décembre à un député par la commission des Affaires sociales, Pôle emploi est bien moderne et plutôt réactif.

En ce qui concerne en revanche sa qualité de service et son efficience dans le retour à l’emploi, les choses sont discutables estime la mission qui apporte son analyse des raisons d’une telle situation. Ainsi indique-t-elle, les gains de productivité ont été poussés à leur maximum et les agents de Pôle emploi subissent une pénurie d’effectifs permanente.

L’impasse des contraintes budgétaires

Fort de ses observations au cours de cette mission « flash », le rapporteur souligne que des formations sont même organisées (pour les agents, NDLR) pour leur apprendre à optimiser leur portefeuille de demandeurs d’emplois.

Alors que selon ses statistiques livrées en janvier dernier, Pôle emploi comptabilisait 3 418 600 demandeurs d’emplois inscrits en moyenne au quatrième trimestre 2018 rien qu’au niveau de la catégorie A (demandeur d’emploi sans aucune activité), l’établissement continue à subir cependant une perte de ses effectifs d’agents. 800 postes seront supprimés ainsi cette année.

Pour la mission, l’exercice imposé par les contraintes budgétaires consistant à faire sans cesse plus ou mieux avec moins est dans une impasse : les conditions de travail des conseillers et le service rendu aux usagers sont trop souvent dégradés. La mission demande des moyens supplémentaires pour Pôle emploi et estime indispensable de cesser l’hémorragie d’effectifs.