Police : FO interdite de manifester le 18 mai

Emploi et Salaires par Valérie Forgeront

Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Ce 18 mai, FO appelait les policiers à manifester pour défendre leurs conditions de travail et leur rémunération. FO avait déjà appelé à une manifestation en ce sens le 7 avril dernier. Mais finalement la préfecture de Paris a interdit le rassemblement de FO distinct de celui du syndicat Alliance.

Une fois n’est pas coutume, le syndicat Unité-SGP-Police-FO avait annoncé qu’il se joindrait à l’appel d’un autre, le syndicat Alliance, pour une journée d’action le 18 mai.

Cette journée intitulée par ce syndicat « stop à la haine anti-flic » prévoit un rassemblement le 18 mai à midi, place de la République à Paris. D’autres rassemblements devraient être organisés dans les régions.

« Toute initiative visant à défendre les policiers va dans le bon sens et c’est pourquoi Unité-SGP-Police-FO sera présent le 18 mai à la manifestation nationale » expliquait le syndicat soulignant qu’il est nécessaire de « défendre les policiers qui depuis plusieurs semaines sont la cible d’un déchaînement de violence sans précédent et d’accusations inadmissibles. »

Le syndicat fait référence notamment à la gestion policière compliquée des événements qui ont eu lieu dans plusieurs villes en marge des manifestations contre le projet de loi Travail.

Il faut reparler revalorisation salariale

Il faut aussi « faire comprendre les réelles difficultés du métier de policier » tant au gouvernement qu’aux concitoyens insiste le syndicat FO.

Il est tout aussi important d’évoquer les conditions salariales des fonctionnaires de police précise-t-il encore.

Après une manifestation nationale le 7 avril dernier à la seule initiative d’Unité-SGP-Police-FO, le syndicat entend réitérer sa demande d’une revalorisation des rémunérations, notamment au plan du régime indemnitaire.

« Il faut une véritable revalorisation de la feuille de paye. C’est la seule véritable reconnaissance des sacrifices consentis » soulignent les policiers FO. Ils regrettent que la hausse de rémunération prévue pour eux soit « seulement de 7 euros/mois en 2017 » tandis que la hausse indemnitaire annoncée à leurs collègues enseignants du primaire « s’élèvera à 800 euros/an » dès septembre prochain.

C’est l’accent mis sur les revendications des policiers qui a été pris pour risque de manifestation de division entre les deux syndicats (Alliance ayant signé un pacte avec le minsitère qui ne satisfait pas les revendications exprimées par Unité-SGP-Police FO) pour justifier l’interdiction à FO d’installer son propre podium place de la République.

Ce qui n’a pas manquer de provoquer une réaction ferme du syndicat.


Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Les policiers en colère seront reçus par François Hollande

Mobilisation par Clarisse Josselin

À l’initiative de FO et à l’appel de tous les syndicats, près de 10 000 policiers ont manifesté le 14 octobre devant le ministère de la Justice. En province, des rassemblements ont été organisés devant les tribunaux. Venus soutenir leur collègue gravement blessé le 5 octobre en Seine-Saint-Denis, ils ont réclamé davantage de protection et de reconnaissance.

L’appel : Fonctionnaires de police

Entre Militants

Les trois syndicats de policiers, dont Unité SGP Police-FO, appelaient ensemble, le 14 octobre, à un rassemblement devant le ministère de la Justice à Paris, ainsi que devant les tribunaux en province. Alors que début octobre un policier a été grièvement blessé lors d’une mission, les syndicats (...)

275 millions d’euros

Le chiffre par Michel Pourcelot

Au seul titre des heures supplémentaires, sont dus aux policiers quelque 275 millions d’euros, un montant qui cumule des années et des années de retard, a reconnu le ministre de l’Intérieur le 18 décembre 2018, avant de recevoir des syndicats de policiers réunis en une intersyndicale comprenant Unité SGP Police-FO.