Policiers : de plus en plus, ils s’adressent à FO pour se loger...

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Il est en quelque sorte le « monsieur Logement » pour la région parisienne au sein d’Unité SGP Police FO. Olivier Plenet met tout en œuvre pour aider les collègues qui appellent à l’aide le syndicat. C’est un travail à plein temps alors que les demandes se multiplient, pour cause salaires trop faibles face aux tarifs de l’habitat à Paris et alentours.

Je tape dans le parc privé pour les jeunes qui, entre leur sortie d’école et leur prise de poste, n’ont qu’un mois pour en trouver un. Pour les agents avec famille, je demande aux mairies, au parc social... C’est de plus en plus difficile explique Olivier Plenet du syndicat Unité SGP Police FO. Et depuis la crise Covid, note-t-il, il y a beaucoup moins de mobilité, de turn-over, sur le logement dans la région. Trouver un logement pour les nouveaux arrivés ou ceux qui en souhaiteraient un « plus vaste » est d’autant plus compliqué.

A la base, il s’agissait par ce service créé il y a douze ans d’aider les jeunes recrus, maintenant on s’adresse à tous. Moins de 50% des dossiers concernent des policiers sortis de l’école. En 2021, le syndicat (qui a ouvert un autre service à Nice) a géré 300 demandes. Plus encore en 2022. Cela traduit les difficultés de logement des agents dans ce ministère de l’Intérieur qui compte 180 000 fonctionnaires et 15 000 contractuels, y compris ceux venant d’outremer précise Olivier Plenet.

La cause majeure des salaires insuffisants

Difficulté majeure pour les policiers, gardiens de la paix, de catégorie C, des salaires insuffisants face aux prix des logements, notamment sur Paris. Et tel un effet collatéral paradoxal, le recrutement, en hausse, 3 600 agents en 2022 dont 900 contractuels, a aussi compliqué la situation. Les jeunes arrivent de leur province et peinent à trouver un logement. Les agents, avec famille, aussi. Or, sans logement adapté, celle-ci doit rester en province, et ces collègues payent deux logements !. Certains pendant plusieurs années. Olivier rencontre ainsi trente à quarante cas par an de policiers, toujours dans cette situation trois à quatre ans après leur mutation dans la région parisienne. Mais le service du syndicat, tant à Paris qu’à Nice, fait le maximum pour que cela ne soit pas le cas. Cela se voit. Le nombre de lettres de remerciements est à la hauteur de celui des sollicitations.

De l’impasse... aux remerciements

Exemples... Un agent, en poste à Paris et voulant trouver un logement plus près de son travail loue la rapidité du service du syndicat qui lui a déniché deux offres de logements en moins d’un mois. Un autre, devant arriver de sa Normandie natale pour prendre un poste à Nice, soit à 1 000 km de là, a pour le moins apprécié que le pôle local d’Unité SGP police FO prenne en main sa recherche de logement... et lui trouve un petit bijou. Ce jeune agent a décidé d’adhérer à FO. Il n’est pas le seul dans ce cas. Autre exemple, un appel à l’aide pour trouver un appartement plus grand sur la région parisienne. L’agent, avec famille, se montre désespéré des réponses, ou plutôt des non-réponses, du service logement de la préfecture de Police. Je suis à ce jour dans une impasse qui me pèse au niveau moral, et qui pèse également sur ma vie familiale indique-t-il s’adressant au syndicat. Un autre, arrivé de Nouvelle-Calédonie avec sa famille, n’en revient toujours pas de l’efficacité du service mis sur pied par le syndicat qui lui a trouvé en exactement une semaine un logement à Paris, à 30mn du travail. Et d’assurer : j’ai été accompagné dans l’une des démarches les plus importantes de ma nouvelle vie en métropole.

De son côté, la préfecture (Paris et la région parisienne) disposait de 260 logements réservés en 2021, 100 de plus en 2022. Olivier Plenet concède un effort de l’administration, mais.... Plus globalement, indique-t-il, en 2021, la préf’ a reçu 2912 dossiers de logement mais n’a pu répondre positivement qu’à 1 200 personnes. 41%, c’est peu.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Ambiance cacophonie budgétaire et mécontentement social

Emploi et Salaires par  Valérie Forgeront

Aux lois de finances votées en cette fin d’année s’est ajouté un projet de loi voté en urgence le 22 décembre. Ce texte « pour des mesures d’urgence économiques et sociales » présenté par le gouvernement introduit quatre dispositions censées calmer la grogne sur le pouvoir d’achat.