Pour 1,75 dollar de plus

Le chiffre aujourd’hui par  Michel Pourcelot

« Wal-Mart in Madison Heights » par Ben SchuminTravail personnel (Ben Schumin). Sous licence CC BY-SA 2.5 via Wikimedia Commons.

Actuellement payés 6,35 euros environ de l’heure, les employés de Wal-Mart, le leader mondial de la distribution, vont être enfin augmentés : dès avril prochain, le taux horaire minimum de l’entreprise va progresser de 1,75 dollar, soit environ 1,53 euro, pour atteindre 9 dollars, soit environ 7,90 euros. Premier employeur privé des États-Unis, Wal-Mart est connu surtout pour ses activités anti-syndicales et son peu d’enthousiasme dès qu’il s’agit de lâcher le plus petit sou, hormis à ses actionnaires, dont les dividendes n’ont jamais cessé de croître. Quant à la principale héritière, Christy Walton, elle était en 2014 la femme la plus riche du monde devant Liliane Bettencourt. Ce n’est pas par pur fordisme ou un quelconque souci de redistribution, que Wal-Mart accepte de payer un plus mais parce que, le marché de l’emploi s’étant un peu amélioré aux États-Unis, il est désormais moins facile de trouver des employés prêts à accepter les conditions de travail réputées difficiles. Adepte jusque-là d’une flexibilité maximum des horaires de travail, Wal-Mart parle même de se montrer moins... inflexible en la matière.

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Une course à la compétitivité bien cher payée

International par Pascal Pavageau, Secteur Économique, Secteur Europe - International

Parmi les enjeux négociés dans le projet de TTIP, deux d’entre eux sont particulièrement polémiques : la soi-disante convergence réglementaire entre les normes européennes et américaines et l’instauration d’une clause d’arbitrage (ISDS) censée juger tout conflit entre une entreprise privé américaine ou européenne et les États signataires du TTIP.

Intelligence artificielle : la France veut enrayer la fuite des chercheurs

Nouvelles technologies par Clarisse Josselin

Emmanuel Macron a dévoilé le 29 mars son plan pour que la France devienne l’un des leaders en matière d’intelligence artificielle. Il a annoncé un investissement de 1.5 milliard d’euros. S’il souhaite attirer et garder en France les meilleurs chercheurs, il refuse en revanche de doubler leur salaire, comme le préconise le rapport de Cédric Villani.