Pour certains, peu importe la santé des travailleurs, seule prime la production des entreprises !

Coronavirus / Covid19 par Fédéchimie

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19

Communiqué de la Fédéchimie FO

Nous voyons depuis plusieurs jours, apparaître ici ou là, des déclarations communes (patronats/syndicats), dans le but d’assurer la continuité ou un retour progressif de l’activité industrielle par le biais de mise en place dans les entreprises, de gestes barrières, de distances de sécurité, de mise à disposition d’équipements individuels (gants, masques), de produits désinfectants…

Si ces plans de prévention sont plus que nécessaires dans les entreprises dites « essentielles », notamment celles fabriquant des produits de première nécessité durant le confinement, la plupart des autres, celles « non-indispensables », doivent rester ou être fermées jusqu’à nouvel ordre.

C’est ce qu’a d’ailleurs déclaré la Fédéchimie la semaine dernière à deux chambres patronales de deux secteurs d’activités différents qui, sous couvert de mise en place de guide de bonnes pratiques, souhaitaient reprendre une activité le plus rapidement possible.

Les deux secteurs industriels en question (verre mécanique et tannerie-mégisserie), fabriquent principalement pour le premier : des verres, plats et autres ustensiles de cuisine, des pares-brises pour voiture, de la laine de verre pour l’isolation… Pour le second : des produits de luxe (sacs à main et autres produits dérivés…).

Notons que ce ne sont pas là des acteurs économiques majeurs pour enrayer cette crise sanitaire sans précédent.

Devant leur insistance d’aboutir à une déclaration commune, la Fédéchimie a fait savoir auxdites chambres patronales, qu’il était hors de question pour nous de s’associer à ce type de démarche.

Non seulement parce que ces secteurs industriels ne sont pas primordiaux, mais en plus, il n’y aura quasiment aucun moyen de contrôle pour vérifier si ces dispositions sont bien respectées dans ces entreprises surtout avec des moyens réduits à néant dans le cadre de la mise en place des « CSE et CSSCT » issus des ordonnances Macron.

La Fédéchimie ne cautionne et ne cautionnera donc aucune déclaration ni un quelconque accord qui mettrait la vie des travailleurs en danger de mort !

Fédéchimie Secrétaire général

Tous les articles du dossier

Air France : FO vigilant sur l’emploi

Toute l’actualité par Elie Hiesse

La brutale décision des États-Unis de fermer ses frontières aux passagers en provenance des 26 pays européens de l’espace Schenghen, pour un mois à partir de ce vendredi, va priver Air France-KLM d’une importante part de son activité.