Alerte :
Du 1er au 8 décembre, élections Fonction publique, je vote FO !

Pour faire reculer le gouvernement, grève interprofessionnelle le 31 mars

Emploi et Salaires par  Mathieu Lapprand

Article publié dans le Dossier Loi Travail

Face aux échecs de sa politique économique, le gouvernement fait la sourde oreille. Après plusieurs années de cadeaux au patronat, la loi Travail met le feu à la plaine sociale. Pour empêcher la destruction du droit du travail et de leurs protections collectives, le 31 mars les salariés feront grève.

Le texte de loi chômage et précarité, mal nommé par le gouvernement « Travail : nouvelles libertés et nouvelles protections pour les entreprises et les actifs », a été présenté en Conseil des ministres le 24 mars. Le même jour, le gouvernement engageait la procédure accélérée pour ce texte. Ce qui signifie qu’entre le dépôt d’un texte et sa discussion en séance, le délai est ramené à quinze jours et qu’une seule lecture par les deux assemblées est prévue.

Le calendrier théorique pour ce texte est donc le suivant : la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale examinera le texte du 5 au 8 avril. Viendraient ensuite les séances publiques entre le 2 et le 4 mai, puis entre les 9 et 13 mai prochains. Avec l’examen par le Sénat, ce calendrier gouvernemental augure donc d’une adoption éventuelle au cœur de l’été.

Les résultats du pacte de responsabilité : 538 600 chômeurs de plus

Le jour même de la présentation du texte en Conseil des ministres, les chiffres du chômage ont été rendus publics et c’est un nouveau revers cinglant pour la politique de l’offre, celle-là même qui devait permettre d’inverser la courbe avant la fin de l’année 2013… Ce sont 38 900 demandeurs d’emploi supplémentaires en catégorie A qui ont été recensés par la Dares en février 2016 par rapport au mois précédent. Depuis la mise en œuvre du pacte de responsabilité, les catégories A, B et C comptent 538 600 chômeurs supplémentaires alors que le président de la République promettait la création de 300 000 emplois.

Les chiffres de l’emploi, rendus publics le 24 mars, confirment l’explosion du nombre de chômeurs âgés de plus de 50 ans. (InFOgraphie : F. Blanc)

Le gouvernement trouve malgré tout le moyen de se féliciter de la baisse du déficit public en 2015. Une baisse notamment due à l’effondrement de l’investissement des administrations publiques locales (- 4,6 milliards d’euros) et des administrations de Sécurité sociale (- 0,9 milliard d’euros). Ces baisses ne favoriseront évidemment pas la reprise économique. C’est pourquoi la confédération continue à revendiquer « des mesures en faveur de l’investissement public et de soutien à l’investissement privé, des hausses de salaires et traitements ».

Pour FO, seul le rapport de forces imposé par la grève interprofessionnelle et la mobilisation de la jeunesse sera en mesure de contrecarrer le calendrier du gouvernement et de le faire reculer. Plusieurs fédérations font d’ores et déjà état d’une mobilisation des salariés pour le 31 mars comme elles n’en avaient pas connu depuis plusieurs années. 

 Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Loi travail : autoritarisme social versus liberté de négociation

Emploi et Salaires par Yves Veyrier

L’analyse de la loi Travail sur la question du principe de faveur (article 2 du projet de loi) en regard de la situation actuelle, qui résulte de la loi de 2004 et d’un accord interprofessionnel de 2001, montre en quoi elle constitue une rupture majeure. Un rapport commandité par la DARES en 2008, sur l’évolution des accords dérogatoires révèle aussi nettement les réelles intentions que recouvre la loi Travail aujourd’hui.
Le processus d’élaboration de la loi comme son contenu vont enfin à l’encontre de la négociation libre et volontaire établie comme principe fondamental de la liberté syndicale par l’OIT.

Ce qui va changer au 1er janvier 2017 avec la loi travail

Dossier Loi Travail par Marie-Alice Medeuf-Andrieu

La loi « Travail » du 8 août 2016 a opéré un bouleversement sans précédent du paysage juridique, avec, à la clé, d’importants reculs pour les droits des salariés : inversion de la hiérarchie des normes, modification des conditions de validité des accords d’entreprise avec introduction du référendum, mise à (...)