Pour le maintien des 34 plans industriels

Communiqués par Pascal Pavageau

Sans concertation préalable, le gouvernement envisage de regrouper certains des 34 plans de la « Nouvelle France industrielle » lancés en septembre 2013.

A nouveau, il s’agit d’une orientation dictée par l’austérité : fusionner et réduire pour faire des économies sur les 3 Mds de financements prévus pour ces plans.

Dès juillet 2013, Force Ouvrière a défendu la nécessité de retrouver un État stratège et planificateur au service de la défense de l’industrie existante, de la réindustrialisation et des emplois correspondants.

Incontestablement, les 34 plans industriels constituent autant de stratégies porteuses d’une nouvelle offre industrielle française et donc pouvant être génératrice d’innovation, de maintien et de développement d’emplois. Sur le principe, Force Ouvrière est favorable à la démarche et a défendu dès l’origine que le nombre de plans soit conséquent.

Mobiliser les services, les moyens et les outils de la puissance publique au service de 34 ambitions industrielles autour de la construction d’une offre industrielle française d’avenir, capable de s’exporter et de maintenir et créer des emplois nouveaux constitue un impératif en matière d’intervention publique et répond, selon Force Ouvrière, au rôle de l’État.

Les feuilles de route des 34 plans démontrent aujourd’hui leurs intérêts et sens respectifs. S’il convient que l’État les coordonne au mieux, en lien avec le Conseil national de l’industrie, il ne saurait être question qu’il les réduise en nombre et en ambition de contenu.

Une fois encore l’austérité est suicidaire, y compris pour l’emploi, l’innovation et l’industrie.

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Plan de relance européen : un accord à quel prix ?

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre

Tout au long des discussions sur le plan de relance européen, FO avait souligné l’importance d’une réponse européenne qui soit à la fois solidaire, sociale et à la hauteur des besoins des travailleurs et des populations en termes d’emplois et d’investissements.