Communiqué de FO

Pour le progrès social, contre le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

POUR LE PROGRES SOCIAL, CONTRE LE RACISME, LA XENOPHOBIE ET L’ANTISEMITISME

Le 1er mai, journée de solidarité internationale et d’expression des revendications, aura cette année une dimension particulière dans le contexte du second tour des élections présidentielles et des législatives à venir.

Pour FORCE OUVRIERE, opposée génétiquement au racisme, à la xénophobie et à l’antisémitisme, les principes républicains de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité ainsi que la démocratie sont des valeurs incontournables.

Comme FORCE OUVRIERE ne cesse de l’affirmer, la crise étant le terreau sur lequel prospère les idées d’extrême droite, il est urgent de mettre fin aux politiques d’austérité suicidaires socialement, économiquement et démocratiquement.

Les revendications seront donc au cœur de ce 1er mai : augmentation des salaires, sauvegarde de la protection sociale collective et du service public républicain, développement d’un emploi stable avec un vrai travail, un vrai salaire, un vrai contrat, préservation de la liberté syndicale et de la liberté de négociation, ce qui implique d’abroger la loi travail pour respecter la hiérarchie des normes.

A Paris, le secrétaire général de FORCE OUVRIERE sera présent à la manifestation qui partira de la République à 14 h 30

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Jeudi 17 janvier de 12h30 à 13h30

    LCI
    Yves Veyrier sera invité en direct dans l’émission « LCI Midi », présentée par Marie-Aline Meliyi et (...)

Éphéméride

16 janvier 1945

En France, nationalisation des usines Renault. L’exposé des motifs pose le principe suivant : "La nationalisation des usines Renault est obtenue par dissolution de la société et attribution à l’État de son actif et de son passif. La part revenant, dans la liquidation, à Louis Renault, est (...)

En France, nationalisation des usines Renault. L’exposé des motifs pose le principe suivant : "La nationalisation des usines Renault est obtenue par dissolution de la société et attribution à l’État de son actif et de son passif. La part revenant, dans la liquidation, à Louis Renault, est confisquée. La part [...] revenant à d’autres personnes fait l’objet d’une indemnisation."