Agir pour et avec les jeunes

Pouvoir d’achat et santé

, FO Jeunes

Recommander cette page

Les jeunes sont majoritairement précaires, et nous l’avons vu, particulièrement concernés par les contrats courts, l’intérim, les emplois saisonniers et le temps partiel. De même, et c’est ce qui pousse FO Jeunes à revendiquer des seuils d’accueil fonction du niveau de diplôme et une reconnaissance des études dans les grilles de classification de salaire, les rémunérations des jeunes se concentrent de plus en plus autour du Smic, entraînant leur surreprésentation parmi les travailleurs à « bas salaires » (inférieur ou égal aux deux tiers du salaire médian [1]). Le pouvoir d’achat d’une majorité de jeunes est faible.

Idée : l’ACS
Pour les foyers dont les ressources sont comprises entre 1 et 1,35 fois le plafond de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (8 644,52–11 670€ annuels pour une personne seule), l’Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé propose, notamment, un chèque de 200€ pour payer la complémentaire de son choix et une attestation pour bénéficier de tarifs médicaux sans dépassements d’honoraires.

Le pouvoir d’achat dépend du salaire et du « coût de la vie ». Ainsi, lorsque le coût de la vie augmente sans que les salaires ne soient revus à la hausse, il faut faire des choix. Et ce choix, chez une population jeune qui se perçoit en bonne santé [2], porte souvent sur les soins. Ainsi les jeunes sont moins couverts que les autres classes d’âge par une complémentaire santé [3].

Et pour cause, la complémentaire santé en entreprise est facultative dans certains cas, dont les CDD, l’apprentissage et le temps partiel lorsqu’il est faiblement rémunéré, donc pour un public souvent jeune et, étant donnée la nature des contrats concernés, précaire. De plus, depuis 2014, la participation de l’employeur à la complémentaire santé est à déclarer dans le revenu imposable du salarié, ce qui en augmente sensiblement le coût. Autrement dit, faible pouvoir d’achat et complémentaire santé chère mais facultative, les jeunes sont encouragés à négliger leur protection santé et in fine limiter leur accès aux soins.

Pourtant, et c’est essentiel, bien que les jeunes constituent une population globalement moins confrontée à la maladie que les autres classes d’âge, c’est une période de la vie où la prévention est essentielle et permet justement d’anticiper l’état de santé dans les années futures et par là même réduire les traitements et donc les dépenses de santé.

Nous évoquons ici les jeunes travailleurs, mais n’oublions pas la santé des étudiants et la transition vers l’autonomie avec le passage de la complémentaire « parentale » à sa complémentaire individuelle, souvent l’occasion d’une rupture dans l’accès à la santé.

Pour FO Jeunes, c’est une urgence que de faciliter l’accès de ce public défavorisé à la santé.

FO Jeunes revendique…
- Une couverture maladie complémentaire pour tous les travailleurs, prise en charge par l’employeur ;
- une part plus importante à la charge de l’employeur sur les contrats courts et les bas salaires ;
- la non-imposition de la part employeur dans les revenus du salarié ;
- une meilleure information sur les aides existantes.

Notes

[1Dares. (Octobre 2012). Les bas salaires en France entre 1995 et 2011.

[2Insee. (2011). Enquête Statistiques sur les ressources et les conditions de vie.

[3Marical, F., De Saint Pol, T., & Insee Prem. (Juin 2007). La complémentaire santé : une généralisation qui n’efface pas les inégalités.

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Mes droits

Une question ? Une réponse

Newletter - FO Jeunes

Abonnez-vous à la lettre d’information « FO Jeunes »