Pouvoir d’achat : les retraités dans la rue le 31 janvier

Retraite par Françoise Lambert

Conférence de presse des syndicats de retraités à la Confédération Force Ouvrière le 28 janvier 2019. En préparation de la manifestation des retraités prévue le 31 janvier 2019. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

A l’appel du groupe des Neuf, composé de l’Union confédérale des retraités FO (UCR-FO) et de huit autres organisations, les retraités se mobilisent le 31 janvier pour défendre leur pouvoir d’achat. Ils revendiquent le retrait de la CSG, le maintien du pouvoir d’achat perdu depuis dix ans et le retour à l’indexation des pensions sur les salaires.

Jeudi 31 janvier, les retraités battront le pavé un peu partout en France pour faire valoir leurs revendications sur le pouvoir d’achat. La journée d’action, décidée par les organisations de retraités réunies au sein du groupe des Neuf (UCR-FO, CGT, CFTC, CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, UNRPA), prendra la forme de manifestations, de rassemblements ou de réunions publiques.

Une ou plusieurs initiatives sont prévues dans chaque département. A Paris, les retraités défileront entre la place d’Italie et Bercy, siège du ministère des Finances. Une délégation doit être reçue par Oliver Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics.

Rendez-nous notre pouvoir d’achat

Rendez-nous notre pouvoir d’achat, tel est le message que nous voulons faire passer au président de la République et au gouvernement, a indiqué Benoît Jayez, membre du bureau national de l’Union confédérale des retraités FO (UCR-FO), en ouvrant une conférence de presse du Groupe des Neuf au siège parisien de la confédération FO, le 28 janvier.

Pour la cinquième fois en un an, les retraités du Groupe des Neuf manifesteront contre l’augmentation de 1,7 point de la CSG au 1er janvier 2018 et pour une revalorisation de leurs pensions, dont la hausse va être limitée à 0,3% en 2019 et 2020, soit une progression largement inférieure à l’inflation.

Attaques du gouvernement

Les retraités et leurs organisations sont plus que jamais mobilisés contre les attaques du gouvernement. Leur objectif : regagner le pouvoir d’achat perdu en dix ans, avec la non revalorisation des pensions depuis cinq ans et l’indexation des pensions sur les prix, mais aussi des mesures comme la hausse de la CSG, la taxe de 0,3% de Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie ou la suppression de la demi-part fiscale pour les parents isolés.

Les retraités en ont marre d’être considérés comme des charges pour la nation alors qu’ils ont travaillé et cotisé pour obtenir une retraite, résume Benoît Jayez (FO). Ils le feront savoir le 31 janvier, avec une entière détermination à faire aboutir leurs revendications. Des revendications qui concernent directement le quart de la population française, soit dix-sept millions de retraités, mais aussi les futurs retraités que sont aujourd’hui les salariés.

 

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Retraites : que des raisons légitimes de préparer la grève

#5décembre2019 par Valérie Forgeront

« Nos retraites sont en danger, tous concernés », « La retraite par points, c’est non ! », « Le projet de réforme doit être abandonné », « Combattre pour ne rien perdre : tous ensemble défendons nos retraites »… Autant de slogans de FO qui signifient la détermination des travailleurs dans la préparation de la grève à compter du 5 décembre, pour la défense des retraites et l’abandon d’un projet qui remettrait en cause l’ensemble du système de retraite et ses régimes.

Déclaration de la Commission exécutive de FO du 13 décembre 2018

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La Commission exécutive confédérale, réunie le 13 décembre 2018, considère que la crise actuelle et le mouvement des « gilets jaunes » sont le produit des politiques économiques et sociales menées depuis de nombreuses années privilégiant les revenus du capital au détriment du pouvoir d’achat des salariés et retraités, de la protection sociale et des services publics.