Préfectures 2.0 : quelle place pour l’emploi ?

Service Public par  Valérie Forgeront

Dès 2017, les représentations territoriales de l’État n’accueilleront plus le public pour la délivrance des titres d’identité. Pour FO, ce déshabillage de missions menace les emplois.

L’entrée en vigueur en janvier 2017 de la réforme « Préfectures nouvelle génération » sème le trouble chez les agents (27 037 actuellement). Ils s’inquiètent de l’avenir des emplois et des difficultés à réaliser les nouvelles missions : sécurité et ordre public, lutte contre la fraude, contrôle budgétaire et de légalité des collectivités et coordination territoriale des politiques publiques. Dès l’an prochain, les préfectures n’assureront plus l’accueil du public pour la délivrance des permis de conduire, des cartes grises ou encore des cartes d’identité et des passeports. Pour ces deux derniers titres les mairies enregistreront des pré-demandes, puis l’instruction des dossiers sera réalisée sur des plates-formes interdépartementales (dix à quinze) où seront affectés trente à cinquante agents.

Un plan de qualification en négociation

Pour les autres titres, les usagers rempliront leur demande en ligne. Si des négociations pour un repyramidage des emplois via un plan de qualification sont engagées avec le ministère de l’Intérieur, les agents ignorent ce que deviendront nombre de postes, notamment de catégorie C (60 % des effectifs). Le ministère estime qu’un millier d’emplois seront impactés. Pour FO Préfectures, c’est davantage. Par la suppression de sous-préfectures (a priori une quarantaine), la transformation d’une trentaine en Maisons de l’État et la dématérialisation des procédures, les agents redoutent des mutations contraintes voire des suppressions d’effectifs. Or l’administration préfectorale a déjà perdu plus de 3 000 emplois depuis 2009, rappelle FO.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Un facteur aggravant de la fracture territoriale

Service Public par  Mathieu Lapprand

L’ ouvrage de la Confédération Il faut sauver le service public est publié alors que les nombreux plans de réorganisation et de réduction de l’administration sur les territoires ces dernières années ont mis au jour des fractures territoriales de plus en plus béantes.
Face à la volonté du gouvernement (...)

Déclaration de la Commission exécutive confédérale de FO du 17 septembre 2015

Communiqué de Force Ouvrière

Après la loi dite « Macron 1 » qui remet en cause des droits des salariés (travail le dimanche, licenciements, prud’hommes, etc.) celle dite « Rebsamen » qui affaiblit notamment le rôle des CHSCT et la réforme territoriale, la Commission Exécutive Confédérale s’adresse solennellement au gouvernement sur (...)

Conseil supérieur de la fonction publique de l’État (CSFPE) du 18 juin : boycott de FO

Communiqué de la Fédération générale des Fonctionnaires FO par FO Fonctionnaires

Dans la droite ligne de la commission statutaire préparatoire du juin dernier, Force Ouvrière, première organisation syndicale de la Fonction publique de l’État, la CGT et Solidaires ne participeront pas à ce Conseil supérieur de la Fonction publique de l’État.
Les deux textes présentés n’ont jamais (...)