Impôt sur le revenu

Prélèvement à la source : un opérateur privé donnera un coup de main…

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

La direction générale des finances publiques (DGFIP) envisagerait-elle de sous-traiter une partie des appels des usagers dans le cadre de la mise en place du prélèvement à la source (PAS) ? Les syndicats dont FO-DGFIP viennent de découvrir « fortuitement » en décembre –et hors des instances nationales de dialogue social s’insurgent-ils– que la direction générale lançait un appel d’offres pour déléguer à un opérateur privé une partie de l’accueil téléphonique des contribuables désirant obtenir des renseignements sur le PAS.

Le syndicat FO-DGFIP conteste le fait que le comité technique de réseau (CTR) n’a pas été consulté pour ce projet. La Direction générale se défend, elle, de programmer un abandon de mission dans le cadre de l’accueil PAS.

Des effectifs publics sinistrés

Le délestage vers le privé aurait lieu en cas de surcroît d’appels indique-t-elle, envisageant dans le même temps d’affecter 270 fonctionnaires à l’accueil dédié au PAS. À force de réformes et de restructurations lancées depuis dix ans la DGFIP connaît désormais une situation sinistrée au plan de ses effectifs. 37 200 emplois ont été supprimés depuis 2002 dont 19 051 depuis 2010. Cette année 1 600 le seront. La direction générale semble avoir choisi –ou dû choisir– de ne pas mobiliser davantage d’agents pour l’accueil téléphonique PAS.

Or, cet accueil estime-t-elle devrait induire 20 000 appels par jour. Chacun ne devra pas excéder une durée de cinq minutes. En cas d’affluence, l’opérateur privé sera censé renforcer le potentiel des effectifs publics indique, pour FO, Jean-Christophe Lansac sur la base des éléments fournis par le cahier des charges de cet appel d’offres.

Un numéro de téléphone surtaxé

Les salariés de l’opérateur n’auront pas accès aux données personnelles des contribuables mais devront toutefois apporter des informations techniques fiscales (modalités de prélèvement, déclaration de changement de situation de famille, prise en compte des réductions d’impôt…). Ils recevront pour cela une formation de deux jours.

Un enseignement pour le moins court relève le syndicat FO choqué par ailleurs par les modalités d’appels pour le PAS. Pour joindre cet accueil –assuré par des fonctionnaires ou basculé vers l’opérateur privé– le contribuable devra composer un numéro surtaxé à six centimes par minute sans compter le prix de l’appel bien sûr.

Contesté par FO le dispositif PAS entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Il impactera notamment les salariés puisqu’il consiste à prélever chaque mois l’impôt sur le revenu directement sur le salaire. Ce système transformera l’employeur en tiers collecteur d’impôt à la place du service public ce qui constitue, entre autres, une menace quant-au respect de la confidentialité des données fiscales du salarié-contribuable.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Valérie Forgeront

Journaliste à FO Hebdo

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Jeudi 19 juillet de 12h00 à 12h35

    RMC
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « Les Grandes Gueules – Le Grand Oral (...)
  • Jeudi 19 juillet de 14h30 à 14h45

    France 24
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « L’invité de l’éco ».

Éphéméride

18 juillet 1863

Naissance de Georges Yvetot
Naissance de Georges Yvetot, syndicaliste révolutionnaire, une des figures représentatives de la confédération générale du travail, avant la première guerre mondiale. Ouvrier typographe, il milita d’abord dans le mouvement coopératif, puis sous l’influence de Pelloutier, il devient un des animateurs les (...)

Naissance de Georges Yvetot, syndicaliste révolutionnaire, une des figures représentatives de la confédération générale du travail, avant la première guerre mondiale. Ouvrier typographe, il milita d’abord dans le mouvement coopératif, puis sous l’influence de Pelloutier, il devient un des animateurs les plus passionnés et les plus résolus du syndicalisme libertaire. Après la mort de Fernand Pelloutier, il dirigea la Fédération des Bourses, dans la conception révolutionnaire de son maître. Dans ses articles virulents de La Voix du Peuple, et dans ses brochures, intitulées : L’ABC syndicaliste et Manuel du Soldat, Yvetot préconisa la grève générale t l’action directe pour une révolution sociale qui abolit radicalement la propriété individuelle et le système capitaliste de la production. Au Congrès de Bourges de 1904, il défendit l’indépendance syndicale et combattit la collaboration avec les partis politiques. Pour sa propagande antimilitariste acharnée et irréductible, il fut souvent poursuivi par les gouvernements et emprisonné à la Santé et à Clairvaux. Pour son intransigeance doctrinale et pour sa réputation de vouloir « mordre » ses ennemis, on l’avait surnommé le « bouledogue » de la CGT. Yvetot fut un exemple de courage, de désintéressement, de modestie et de loyauté et comme disait Marcel Sembat, lors d’un procès d’Yvetot à Nantes, lorsqu’il fut condamné à quatre ans de prison pour agitation antimilitariste, « c’est un militant ardent et sincère, d’une grande droiture d’âme, au langage vif et châtié ».