Alerte :
Du 30 mai au 3 juin 2022 : XXVe Congrès confédéral à Rouen

Priscilla Marini, son combat pour les saisonniers

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Ancienne sportive de haut niveau, la déléguée syndicale à la Société d’exploitation des remontées mécaniques Morzine-Avoriaz met depuis 2019 toute sa détermination à défendre les saisonniers. Elle a été élue secrétaire générale de FO-RMDS.

Priscilla Marini connaît dans les moindres détails la réforme de l’Assurance chômage, pleinement entrée en vigueur en 2021. C’est pour la combattre que la conductrice de remontées mécaniques à la Serma (Société d’exploitation des remontées mécaniques de Morzine-Avoriaz) en Haute-Savoie, également membre de l’équipe d’évacuation des usagers, s’est syndiquée en 2019 à FO. Cette réforme pousse vers la précarité des métiers qualifiés qui n’existent qu’en saison. Face à la baisse drastique du montant de l’allocation, les saisonniers vivant dans les vallées n’auront d’autre choix que de partir pour trouver un emploi qui les fasse vivre. Toute l’économie des vallées va pâtir de cette fuite des qualifications, explique la jeune femme, 37 ans. Elle s’est tout de suite retrouvée dans les valeurs FO. D’abord le dialogue et la négociation, ce que j’apprécie particulièrement, puis, si besoin, le poing sur la table. À son habitude, la native de Haute-Savoie s’est engagée pleinement. Élue au CSE de Serma en 2019, elle est devenue déléguée syndicale la même année.

Si l’engagement syndical n’était pas dans la culture familiale, cette fille de restaurateurs y met toute la détermination qui a caractérisé ses dix ans de carrière de sportive de haut niveau en snowboard. Il lui en a fallu pour décrocher quatorze titres de championne de France toutes catégories et disciplines confondues. Pour reprendre la compétition en 2004, après vingt-cinq mois de rééducation à la suite d’un accident en Big Air (saut, NDLR) qui lui a fracturé la colonne vertébrale, à 17 ans. Pour revenir jusqu’en Coupe du monde. Et plus encore pour se réinventer ensuite.

Un tiers de salariés mobilisés

 Je me suis découvert une passion pour les remontées mécaniques, leurs aspects technique et service aux usagers, précise l’amoureuse de la montagne, depuis 2010 double saisonnière (en contrat l’hiver et l’été). Sept à huit mois de travail par an, au mieux, en discontinu, sans prime de précarité. Sachant que, dans nos vallées, il n’y a pas de travail hors saison.

Ses premières armes, la militante les a faites très vite, en mobilisant contre la réforme de l’Assurance chômage. Une gageure.  Pour les saisonniers, se mobiliser signifie adhérer. Mais Priscilla Marini a fait mentir les statistiques : le 15 février 2020, sa première grève a rassemblé un tiers des 300 salariés de Serma ! Et ils ont été nombreux à nourrir les manifestations 2021, jusqu’à bloquer le tunnel du Fréjus. Autre première.

Cet investissement lui vaut d’avoir été élue secrétaire générale de FO-RMDS (remontées mécaniques et domaines skiables) en novembre 2021, en remplacement d’Éric Becker. Une nouvelle place pour agir, alors que la réforme commence à frapper. À la Serma, cet hiver, le triplement du turn-over montre un début de désaffection. Un collègue, double saisonnier, touche une allocation supérieure de 50 euros, à peine, au RSA., martèle la militante, qui combat aussi la réduction de la durée des saisons, l’abus de contrats courts, se substituant aux contrats saisonniers, et les accords de modulation supprimant les heures supplémentaires.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet