Privatisation de la Française des jeux

Communiqué de FO par Nathalie Homand

Adoptée dans le cadre de la loi PACTE, comme pour ce qui concerne ADP et Engie, la privatisation de la Française des jeux est en cours. La souscription est lancée aujourd’hui avant son entrée en Bourse prévue le 21 novembre. Cette cession représenterait près de 2 milliards d’euros de recettes.

FO a fait connaître son opposition à ce mouvement de privatisation. FO conteste en effet l’argument selon lequel l’État n’aurait plus vocation à diriger des entreprises à la place d’actionnaires ayant soi-disant les compétences et les savoir-faire pour le faire mieux que lui.

FO estime au contraire que dans les secteurs concernés, l’État en tant qu’opérateur peut assurer dans les meilleures conditions son rôle de régulateur au nom de l’intérêt public, en échappant aux intérêts financiers à portée immédiate.

L’expérience de la privatisation des autoroutes convainc d’autant plus FO que le bénéficie immédiat de la cession sera largement contrebalancé par la perte de revenus à plus long terme.

Nathalie Homand Secrétaire confédérale au Secteur de l’Economie et du Service Public

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : la liberté, l’égalité et la dignité n’attendent pas !

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Marjorie Alexandre, Secteur Égalité professionnelle, Secteur Europe - International

Comme chaque 25 novembre, Force Ouvrière s’associe à la journée pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, journée également soutenue par la Confédération Syndicale Internationale (CSI) et la Confédération européenne des syndicats (CES).

Suivi des réformes : le gouvernement n’entend pas les organisations syndicales

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Révélée par la presse ce week-end, une circulaire du Premier ministre, datée du 18 novembre, rappelle à l’ensemble de ses ministres et aux préfets son ambition de faire aboutir les réformes prioritaires du gouvernement, notamment la réforme de l’État, annonçant la création d’un baromètre de suivi d’une trentaine de réformes, actualisé chaque trimestre, dans un souci de transparence vis-à-vis des Français.