Communiqué de FO

Projet de Loi de Finances 2019 : de la constance dans l’impasse économique

, Nathalie Homand, Pascal Pavageau

Recommander cette page

Après une première année passée à servir les intérêts des « premiers de cordée » notamment en diminuant la fiscalisation sur le capital, le projet de loi de finances pour 2019 s’attaque de front aux « derniers de corvée ». Dans un contexte d’inflation élevée sans effet de rattrapage sur les salaires, augmenter toujours plus le coût de la fiscalité énergétique sans compensation ou encore désindexer certaines prestations sociales sont des mesures qui, en plus de porter atteinte au pouvoir d’achat d’une partie des ménages, vont contribuer à augmenter les inégalités entre ceux-ci, des inégalités que les mesures fiscales du PLF 2018 auront déjà largement contribué à faire repartir à la hausse.

Pour autant, ce sont toujours les mêmes qui se retrouvent épargnés : 140 milliards d’euros d’aides publiques aux entreprises sans conditionnalité en matière d’emplois, couplés à la transformation du CICE en allègement de cotisations, avec pour conséquence et ligne de mire l’affaiblissement du financement de la Sécurité sociale collective.

Alors que le besoin se fait toujours plus criant d’un véritable État stratège porteur d’une vision pour les politiques d’emploi, industrielles, environnementales et d’innovation, le PLF 2019 illustre à nouveaux le choix de la rigueur et de la destruction.

Force Ouvrière dénonce l’ampleur de l’austérité annoncée en matière de dépenses publiques : 4164 postes de fonctionnaires supprimés en 2019, 20 % de crédits en moins pour la mission Travail et Emploi via notamment la nouvelle baisse du nombre de contrats aidés, 7 % de crédits en moins pour la mission Cohésion des territoires via la réforme du mode de calcul des aides personnelles au logement. Il fallait bien ça pour assurer 20 nouveaux milliards de baisse de prélèvements obligatoires aux entreprises et contenter Bruxelles … Un prix bien élevé pour une impasse économique.

A propos de cet article

Sur les auteurs

Nathalie Homand

Secrétaire confédérale au Secteur de l’Economie et du Service Public


  • Economie, Fiscalité
  • Politiques et filières industrielles et de services
  • Fonction publique, Service Public et politiques publiques (dont AFPA)
  • AFOC et Logement

Envoyer un message à Nathalie Homand

Pascal Pavageau

SECRETARIAT GENERAL


Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
Organisation dont les Outre-mer
Représentation de la Confédération et expression publique
Relations internationales
Responsable du dialogue social, des relations avec le personnel de la Confédération et des Ressources Humaines
Union Confédérale des Retraités (UCR)


Envoyer un message à Pascal Pavageau

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 février 1788

Création de la Société des Amis des Noirs
La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une (...)

La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une émancipation immédiate des esclaves. Grâce à cette propagande, 49 cahiers de doléances sur 600 mentionnèrent dans leurs revendications l’abolition de l’esclavage.
La Convention abolit l’esclavage le 4 février 1794 en ces termes :
« La Convention déclare l’esclavage des nègres aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »
Sans amoindrir la portée émancipatrice de cette décision historique, on ne peut passer sous silence que certaines de ses raisons avaient aussi une portée de politique internationale : c’était un moyen de lutte contre les Anglais.
Bonaparte rétablit l’esclavage par la loi du 10 mai 1802 .