Communiqué de Force Ouvrière

Projet de loi Macron : Force Ouvrière persiste

Recommander cette page

A la veille d’un week-end marathon de débats parlementaires à l’assemblée nationale sur le projet de loi Macron avant le vote solennel de mardi prochain Force Ouvrière tient à réitérer son opposition à ce texte et notamment à l’extension et à la banalisation du travail du dimanche :

- Que ce soit sur le nombre de dimanche à la discrétion des maires passé de 5 à 12 ;

- Sur la notion de volontariat que l’on sait subjective ;

- Sur l’absence de compensation salariale précise dans le texte.

Autant d’éléments qui constituent des mesures de flexibilité rétrogrades pour les salariés qui seraient concernés et sans effets certains sur l’emploi.

De même, Force Ouvrière dénonce les mesures d’assouplissements sur les licenciements économiques qui figurent dans le texte qui, à défaut de sécuriser l’emploi, viennent sécuriser les employeurs.

D’une manière générale ce projet de loi fourre tout, qui nonobstant certaines évolutions, ne constitue pas pour Force Ouvrière un texte qui permettra de relancer la croissance et l’activité mais qui fragilise les salariés. De fait, c’est bien un gage pour l’Europe de la continuation d’une politique économique et sociale de rigueur et d’austérité dont les effets sociaux, économiques et démocratiques sont destructeurs.

A propos de cet article

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

24 juin 1936

La loi sur les conventions collectives du travail
Promulgation de la loi sur les conventions collectives du travail qui contient ces nouvelles dispositions relatives à la liberté syndicale, aux salaires minima fixés par catégorie et par région, à la protection ouvrière, au délai-congé, à l’organisation de l’apprentissage et à l’institution de délégués (...)

Promulgation de la loi sur les conventions collectives du travail qui contient ces nouvelles dispositions relatives à la liberté syndicale, aux salaires minima fixés par catégorie et par région, à la protection ouvrière, au délai-congé, à l’organisation de l’apprentissage et à l’institution de délégués élus par le personnel.