Projet de loi Macron : melting pot libéral

Communiqué de Force Ouvrière

Travail du dimanche et en soirée, réformes des prud’hommes, des professions réglementées, du permis de conduire, logement urbanisme transport, l’épargne salariale, le projet de loi Macron ratisse large.

Homme-orchestre ou plombier en chef appelé à colmater les brèches, le Ministre de l’Economie accouche d’un texte appelant à libérer l’activité tout en assouplissant règles et dérogations et fragilisant les droits des salariés.

Fourretout libéral qui entend réformer et simplifier tout azimut destiné à « combattre la complexité » selon le Ministre, ce texte constitue à notre avis plus un signe à donner à Bruxelles, dans le cadre du pacte budgétaire européen avalisé par la France, sur l’accélération des « réformes » exigées. Pour Force Ouvrière, pour doper la croissance ce n’est pas un texte « touche à tout dans tous les sens » qui suffira mais un réel changement d’orientation politique économique assorti d’une réforme fiscale d’envergure.

C’est notamment ce que Force Ouvrière réaffirmera lors de son rassemblement national prévu le 16 décembre prochain.

 Voir en ligne  : Campagne : Le 16 décembre FO lance un avertissement au gouvernement

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Il y a urgence sociale !

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Les organisations syndicales et de jeunesse ont fait l’analyse de la situation économique et sociale qui s’annonce tendue pour les prochaines semaines et en particulier à la rentrée de septembre.

Réforme du CESE - FO s’adresse au Premier ministre

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Alors que le projet de loi organique relatif aux conditions de fonctionnement et à la composition du Conseil économique, social et environnemental (CESE) est à l’ordre du jour au Conseil des ministres, FO s’est adressée au Premier ministre.

Rétablissement de la prime Naissance

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le 25 juin 2020, la proposition de loi de M. Lurton qui consiste à rétablir le versement de la prime à la naissance au 7e mois de grossesse d’un montant de 947,32 euros, a été adoptée en première lecture à l’unanimité.