Communiqué de Force Ouvrière

Projet de loi « République numérique » : Concertation virtuelle

, Pascal Pavageau

Recommander cette page

Alors que le gouvernement se vante d’être à la pointe de la modernité et de la « démocratie participative » en ouvrant prochainement une consultation publique sur son projet de loi « République numérique » qu’il présente à cette occasion, il a visiblement considéré que le concept de concertation institutionnelle, notamment avec les organisations syndicales, était dépassé.

Pourtant, de par son champ et ses sujets, ce texte concerne et impacte les salariés : sécurité des données personnelles, ouverture des données publiques, portabilité des données et des droits, fracture numérique, accessibilité aux personnes démunis ou dépendantes, etc.

Force Ouvrière demande une concertation immédiate sur ce projet de loi d’autant que le gouvernement annonce vouloir faire du numérique un sujet d’envergure, avec d’autres textes législatifs ou réglementaires, dans la suite des préconisations du rapport « Transformation numérique et vie au travail » du 15 septembre dernier.

Pour Force Ouvrière, la République n’est pas numérique et, faute de concertation institutionnelle préalable, cette consultation publique ouvre un boulevard aux lobbies patronaux du numérique. Rien de tel pour être déconnecté de la réalité.


A propos de cet article

Sur l’auteur

Pascal Pavageau

SECRETARIAT GENERAL


Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
Organisation dont les Outre-mer
Représentation de la Confédération et expression publique
Relations internationales
Responsable du dialogue social, des relations avec le personnel de la Confédération et des Ressources Humaines
Union Confédérale des Retraités (UCR)


Envoyer un message à Pascal Pavageau

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

20 août 1944

Les Allemands enlèvent le maréchal Pétain et le conduisent au château de Sigmaringen, où il se considérera prisonnier.