Projet de plan social chez Casino : FO s’attend à des « négociations difficiles »

Les articles de L’InFO militante par Elie Hiesse, L’inFO militante

@Laurent GRANDGUILLOT/REA

Depuis le 6 mai, la procédure d’information-consultation des instances représentatives du personnel préalable au projet de plan social a débuté dans les sociétés du groupe Casino, désormais contrôlé par le consortium emmené par Daniel Kretinsky. Celui-ci veut supprimer de 1 293 à 3 200 emplois dans les sièges, la logistique, les magasins sans repreneurs.

Les militants FO multiplient les réunions dans le groupe Casino en pleine réorganisation depuis que, fin mars, le distributeur est passé sous le contrôle de Daniel Kretinsky, Marc Ladreit de Lacharrière et du fonds Attestor. Alors que 121 supermarchés et hyper ont été cédés le 30 avril aux concurrents Auchan, Carrefour et Les Mousquetaires, et que 166 autres doivent l’être d’ici le 1er juillet, les équipes FO se préparent à des négociations difficiles pour les salariés restants, note Nathalie Devienne, secrétaire générale du SNTA-FO, première organisation.

Le 6 mai, a débuté la procédure d’information-consultation des instances représentatives du personnel dans les différentes sociétés du groupe, laquelle est liée au projet de suppressions d’emplois annoncé le 24 avril. Le nouveau Casino, tel qu’il se présente, voudrait supprimer de 1 293 à 3 247 emplois dans les sièges, les entrepôts logistiques non cédés et les 26 magasins sans repreneurs. Ce qui en fait le plus important projet de plan social de 2024.

Le SNTA-FO sera toujours à vos côtés

Quant à la négociation avec les syndicats des mesures d’accompagnement de ce plan social, elle doit commencer dès le 14 mai, également société par société, sans l’assurance d’avoir un socle commun pour tous les salariés, quelle que soit leur société d’appartenance, tel qu’avait été pensé l’accord de méthode négocié en février-mars, sur le périmètre groupe, par le SNTA-FO notamment. Si le premier syndicat a signé le texte, l’accord n’entrera pas en vigueur, faute d’être majoritaire. Un motif suffisant pour que FO quitte l’intersyndicale.

Il va falloir renégocier les mesures (prime supra-légale par exemple), société par société. Cela va être éprouvant, la direction a déjà dit être prête à des mesures unilatérales. Mais le SNTA-FO est sur le front : il accompagnera chacune de ses délégations, rassure la militante. Le syndicat a aussi envoyé, par voie de tract, un message à tous les salariés ayant changé d’enseigne le 30 avril : Le SNTA-FO sera toujours à vos côtés !

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’inFO militante Le bimensuel de la Confédération