Projet nucléaire d’EDF au Royaume-Uni : Il est urgent d’attendre !

Communiqué de FO Énergie et Mines par Énergie et Mines

Par Rick Crowley, CC BY-SA 2.0

Le ministre Emmanuel Macron est venu vendredi apporter son soutien au projet d’EDF Hinkley Point au Royaume-Uni.

C’est manifestement le signe de la fébrilité qui monte autour d’un dossier que la grande majorité du personnel d’EDF, cadres dirigeants compris, considère comme risquant, en l’état, de mettre en péril l’existence même d’EDF. FO Énergie et Mines partage toutes ces inquiétudes. Le projet d’investissement au Royaume-Uni de 2016 est très différent du projet initial de 2013.

En 2013, EDF n’en finançait que 40%. Aujourd’hui, elle en finance les deux tiers et consolide en plus l’ensemble du projet dans ses comptes, creusant ainsi la dette de l’entreprise dans un environnement économique déjà dégradé. La presse relate d’ailleurs que, face aux difficultés du bouclage financier de l’opération, EDF s’est tournée vers l’État pour compléter le financement.

Exposer le contribuable français à des risques sur un projet hors du sol national : un comble.

Sur le plan industriel, la situation n’est pas plus sécurisée.

Aucun des EPR en construction dans le monde n’étant encore en fonctionnement [1], le fait de lancer un tel projet sans attendre que les essais soient concluants, fait courir un risque majeur au projet.

En outre, le programme d’amélioration de la qualité de ses fabrications lancé par Areva NP, l’un des fournisseurs importants du projet, va nécessiter plusieurs années.

C’est pourquoi FO Énergie et Mines prône une solution de bon sens consistant à décaler d’au moins deux à trois ans le lancement du projet, le temps de :

 bénéficier pleinement du retour d’expérience du démarrage des premiers EPR ;

 remettre en ordre de marche la filière nucléaire (ce qui ne saurait se résumer à faire un chèque) ;

 mettre au point un plan de financement soutenable par l’entreprise et ne faisant pas courir de risque aux contribuables français.

Ne pas le faire serait jouer l’avenir d’EDF et de la filière nucléaire française à la roulette russe.

La priorité des priorités, c’est de réussir le grand carénage du parc nucléaire d’EDF (prolongation de la durée de fonctionnement des centrales significativement au-delà de 40 ans.)

C’est aussi de préparer le renouvellement de ce parc à travers la poursuite de la mise au point d’un EPR optimisé.

Énergie et Mines Secrétaire général

Notes

[1La construction la plus avancée est celle de Taishan en Chine.

Sur le même sujet

EDF Hinkley Point : action en justice

Nucléaire par Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie et Mines
L’intersyndicale CGT, CGE-CGE, FO soutient l’action en justice des administrateurs d’EDF représentant les salariés pour le droit à l’information et l’absence de tout conflit d’intérêts lors du vote des administrateurs sur la délibération engageant le projet Hinkley Point. (...)

Électriciens et gaziers : FO appelle à des assemblées générales pour développer le mouvement

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Alors que la grève a été votée dans la totalité des 19 centrales nucléaires du pays le 26 mai, journée de mobilisation interprofessionnelle pour le retrait de la loi Travail, l’ensemble des délégués syndicaux centraux de la Fédération FO Énergie et Mines a déposé un préavis de grève pour tout le mois de (...)