Protection des lanceurs d’alerte : FO Cadres se félicite de sa validation par le Conseil Constitutionnel

Société par Union des Cadres et Ingénieurs

Communiqué de FO Cadres

Le Conseil Constitutionnel a validé hier les dispositions de la loi relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, également nommée loi Sapin II, relatives à la protection des lanceurs d’alerte. Il a précisé, que le dispositif vise les seuls lanceurs d’alerte procédant à un signalement visant l’organisme qui les emploie ou celui auquel ils apportent leur collaboration dans un cadre professionnel ce qui exclut les lanceurs d’alertes externes.

FO Cadres est favorable à la procédure retenue en trois étapes qui privilégie le recueil et le traitement des alertes en interne avant de pouvoir se tourner vers une institution externe puis en dernier recours vers la presse. Elle réaffirme que la démarche syndicale doit demeurer la voie principale à suivre pour dénoncer les dysfonctionnements répréhensibles observés dans les structures de travail.

FO Cadres se félicite donc de cette décision et rappelle que le droit d’alerte qui doit primer reste celui des représentants du personnel et des organisations syndicales, seuls à même de pouvoir protéger les droits et libertés de l’ensemble des salariés, cadres comme non cadres.

Union des Cadres et Ingénieurs Secrétaire général

Sur le même sujet

Lanceurs d’alerte : protéger et punir

Vigilance par Nadia Djabali

La loi sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, dite loi Sapin 2, crée une protection pour les lanceurs d’alerte. Mais la procédure à suivre pour lancer une alerte et le montant de l’amende en cas de dénonciation calomnieuse amoindrissent la portée de ce nouveau dispositif.

Loi sur le secret d’affaires : quand le respect des droits fondamentaux devient une exception

Assemblée nationale par Nadia Djabali

Déposée le 19 février 2018 par les députés LREM et examinée par l’Assemblée nationale le 27 mars 2018, la proposition de loi qui transpose la directive européenne « secret d’affaires » fait l’objet d’une procédure accélérée car la Commission européenne a donné le 9 juin prochain comme date butoir. Les nouveaux articles devraient être insérés dans le code du commerce. Ces dispositions, combinées à la loi Sapin II sur la protection des lanceurs d’alerte, pourraient pourtant déboucher sur une interprétation restrictive et réduire les protections des salariés, des lanceurs d’alerte et des journalistes.