PSE au sein de l’UES Terrena

Emploi et Salaires par FGTA-FO

© Jean-Claude MOSCHETTI/REA

Communiqué de la FGTA-FO

23 salariés sont concernés par un PSE au sein de l’UES Terrena, société coopérative agricole.

Les premières propositions de la direction contenues dans les mesures du PSE sont très basses.

FO UES Terrena revendique pour une signature éventuelle l’obtention de conditions a minima identiques à celles du PSE Elivia. Cette revendication s’inscrit dans une démarche de cohérence au sein du groupe Terrena.

Suite à une première réunion de négociation, la direction refuse cette idée d’alignement des conditions en mettant en avant que le contexte est différent, le profil des salariés différent et les bassins d’emplois différents.

Pour FO, un licenciement reste un licenciement et il ne peut pas avoir de négociation à la baisse.

Terrena met souvent en avant la notion de groupe mais nous voyons que cela fonctionne uniquement dans un sens et quand la direction le souhaite.

De plus, le syndicat FO craint de futurs PSE au sein de l’UES et notamment dans les services supports. Ce PSE négocié actuellement servira de base et de précédent, et il n’est donc pas envisageable pour FO de négocier à la baisse.

FO UES Terrena fait de nouvelles propositions en vue de la prochaine réunion en ne se calquant pas sur le PSE Elivia mais en gardant une équivalence des conditions d’accompagnement proposées.

La FGTA-FO mettra à disposition du syndicat tous les moyens nécessaires pour l’aider dans la satisfaction de ses revendications.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Aubert & Duval : une entreprise stratégique à protéger

Fédération FO Métaux par Métaux

Après des mois d’incertitude et d’inquiétude, la mise en vente d’Aubert & Duval a été officialisée par sa maison-mère, le groupe Eramet, ce 2 décembre, assortie d’un plan de départs volontaires qui concernera 462 postes.

Carambar : FO en pleine lutte pour le respect des salaires

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Production quasiment à l’arrêt et marathon de négociations. A Marcq-en-Baroeul (Nord), les 114 salariés de l’usine historique de fabrication du célèbre bonbon, soutenus par FO, majoritaire, bataillent pour limiter au maximum la baisse de rémunération, que la Direction entend imposer dans le cadre du déménagement à huit kilomètres de la production. Les discussions reprennent ce jeudi 11 février.