Alerte :
Du 1er au 8 décembre, élections Fonction publique, je vote FO !

Quand la Cour des comptes pointe les carences du « plan jeunes »

REVUE DE PRESSE par Christophe Chiclet, L’Info Militante

© HAMILTON/REA

Le rapport annuel de la Cour des comptes vient d’être publié, délivrant comme à son habitude des bons ou mauvais points à différentes politiques publiques menées. Concernant l’efficacité et les résultats du plan « un jeune, une solution », il n’est pas tendre. Aperçu dans la presse.

Le Monde
Pour la Cour des comptes, le très coûteux plan 1 jeune, 1 solution n’a eu qu’un résultat inégal. Son rapport annuel chiffre à environ 9,7 milliards d’euros les sommes engagées depuis juillet 2020 par l’État dans le but de soutenir l’emploi des moins de 25 ans. Et le quotidien du soir de préciser : La situation de cette catégorie de la population, certes, a été préservée, voire améliorée, mais l’efficacité de certaines mesures pose question à l’aune des sommes dépensées, d’après la haute juridiction. La situation « améliorée » des jeunes travailleurs, étudiants ou demandeurs d’emploi reste à prouver...

Les Échos
Le quotidien économique pointe, lui, particulièrement le problème des apprentis : L’efficacité de certaines mesures sur l’emploi, notamment les plus coûteuses comme la prime à l’embauche d’apprentis, n’est pas avérée estime la Cour des comptes dans son rapport annuel publié ce mercredi [16 février]. Matignon défend au contraire l’impact très positif du dispositif. Ce qui est somme toute logique pour un plan initié par le gouvernement. Pour le quotidien économique, le constat dressé par la Cour des comptes concernant l’efficacité non prouvée des mesures est d’autant plus intéressant qu’il est le premier de source indépendante et que les magistrats financiers viennent d’épingler les dispositifs d’insertion des moins de 26 ans, plus de cinq ans après un premier rapport critique.

BFM
Plus précisément analyse la chaine d’informations en continu : Pour la Cour des comptes, le plan un jeune, une solution lancé par le gouvernement pendant la crise était légitime, mais l’intervention de l’État été parfois mal proportionnée. En détail : Les sages de la rue Cambon rappellent que le plan qui réunit de multiples dispositifs (accompagnement, aides à l’embauche, contrats aidés...) et dont le montant total pourrait avoisiner 10 milliards d’euros, a été lancé face à la perspective de l’arrivée sur le marché du travail de 750 000 jeunes sortant du système scolaire et dans un contexte économique dégradé par la crise sanitaire. Mais il y a aussi un autre problème de taille relève la chaine :  La Cour pointe notamment une insuffisante prise en compte des besoins et des capacités des territoires.

Huffington Post
Le site d’actualités en ligne s’intéresse lui particulièrement à la situation des étudiants. Et cela en soulignant les défaillances du plan gouvernemental pointées par le rapport des magistrats de la rue Cambon. Pour la Cour des comptes, le résultat des dispositifs mis en place par le gouvernement est dans l’ensemble décevant ; il n’est pas à la mesure des enjeux... Les dispositifs de soutien de l’État aux étudiants pendant la crise sanitaire ont été tardifs et décevants, estime ce mercredi 16 février dans son rapport annuel à l’avenir à mieux cerner et quantifier les besoins de la vie étudiante.

Alternative Économique
Sur les contrats aidés-jeunes, le magazine d’actualités économiques et sociales use de la preuve par les chiffres, ceux des objectifs affichés et ceux réalisés. Et c’est sans appel... L’objectif était ambitieux [contrats aidés-jeunes]. En 2020 il était de 20 000, et 18 484 ont été réalisés. En 2021 il était de 79 329 et 21 543 seulement ont été réalisés fin août 2021. La progression prévue était de 400%, alors qu’elle n’a été que de 17% aux deux tiers de l’année, ce que la Cour explique....

FO site d’informations
Dès le 26 février 2021 la confédération FO tirait la sonnette d’alarme : Beaucoup de jeunes sont encore sans solution, et sans ressources, ils rencontrent des problèmes pour se loger, parfois même pour se nourrir. FO, qui regrette une politique publique menée par à-coups, demande un plan général pour la jeunesse.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Lutter contre la pauvreté et les bas salaires

Communiqué de FO par Yves Veyrier, Nathalie Homand, Secrétaire général de Force Ouvrière, Secteur Economie et Fiscalité

L’accélération de l’inflation portée notamment par la hausse des prix de l’énergie et des produits alimentaires met particulièrement en difficulté les salariés à bas salaires, en situation de précarité et accentue les difficultés des ménages les plus modestes qui ont déjà subi, pour bon nombre d’entre eux, des pertes de revenus engendrées par la crise sanitaire.