Quand la ministre du Travail appelle à augmenter les salaires !

REVUE DE PRESSE par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Elisabeth Borne, la ministre du Travail, décroche un uppercut aux patrons : certains salaires notamment dans le secteur Hôtellerie/Restauration, sont indécents et méritent une large augmentation. Une constatation que n’avait pas voulu faire semble-t-il le gouvernement ces derniers mois, en refusant d’augmenter le Smic. Quoi qu’il en soit, reste à voir si les employeurs suivront les préconisations de la ministre et si cela se traduira effectivement sur la fiche de paie.

La Tribune
Pour la ministre du Travail, Élisabeth Borne, les rémunérations ne sont pas à la hauteur dans certains secteurs comme les hôtels, cafés, restaurants et elle invite les employeurs de ces secteurs, massivement aidés pendant la crise, à mettre des propositions sur la table. Elle propose par ailleurs, que toutes les entreprises dont les marges le permettent, versent la prime de pouvoir d’achat, dite « prime Macron », qui permet de verser jusqu’à 2 000 euros défiscalisés par salarié. Parallèlement, pour le Medef, l’État doit aussi montrer l’exemple.

Le Parisien
Le quotidien détaille les propos de la ministre laquelle pose un lien de cause à effet entre recrutement à la peine et salaires peu attractifs : Face aux difficultés de recrutement, la ministre du Travail a estimé que les hôtels, cafés, restaurants doivent se remettre en question. La question du pouvoir d’achat, au moment où l’économie semble repartir, est revenue sur le devant de la scène au cours de ces derniers jours. Selon Élisabeth Borne, la ministre du Travail invitée ce samedi [4 septembre] sur France Inter, ce sujet arrive dans le débat, du fait notamment qu’on a vu que les marges des entreprises ont très largement progressé au premier et deuxième trimestre. Il y a des secteurs qu’on a massivement aidés dans la crise et qui aujourd’hui nous disent : on n’arrive pas à recruter. Eh bien il faut qu’ils se posent la question de pourquoi ils n’arrivent pas à recruter, a-t-elle lancé. Et d’ajouter : j’attends qu’ils mettent des propositions sur table.

Actu-Orange
Le site d’information en ligne cite lui aussi abondamment la ministre, évoquant désormais le concept de « partage de la valeur » à l’échelon de l’entreprise… : Les hôtels et les restaurants doivent se remettre en question, et adapter les rémunérations et les conditions de travail aux contraintes du métier, a estimé la ministre. Les salaires de l’hôtellerie-restauration ne sont pas assez élevés a estimé le samedi 4 septembre la ministre du Travail, Élisabeth Borne, qui a appelé les entreprises du secteur à faire des propositions pour remédier au problème. Le sujet du pouvoir d’achat arrive dans le débat, du fait notamment qu’on a vu que les marges des entreprises ont très fortement progressé au premier et deuxième trimestre, a relevé la ministre sur France Inter. Ça pose effectivement la question du partage de la valeur entre l’entreprise et les salariés et évidemment il faut de la justice dans ce domaine indique encore Actu-Orange citant Élisabeth Borne. Cela fait des années que FO le dit !

La Voix du Nord
Alors que les interrogations sur le caractère temporaire ou pas de l’inflation refont surface depuis le printemps le quotidien nordiste pose, lui, la question de ses conséquences au plan social. Une question que tous les salariés se posent : Retour de l’inflation : va-t-on vers une augmentation des salaires ? Quand Engie annonce une augmentation des tarifs du gaz de 9% pour la rentrée, quand le prix à la pompe progresse de 16% en un an, on jette un œil sur son compte en banque, et on constate naturellement que son salaire n’a pas tout à fait suivi la même progression… Quand l’inflation montre à nouveau son nez, les revendications sur les salaires font aussi leur apparition.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

FGTA : Le développement de FO au cœur d’un congrès où les jeunes ont pris toute leur place

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Une ambiance traduisant la détermination et le dynamisme d’une structure qui travaille à se développer encore. Une ambiance teintée d’émotion dans le cadre de passages de témoin, entre autres au mandat de secrétaire général, avec l’arrivée de Laurent Rescanières (ancien secrétaire général adjoint) et le départ, en retraite, de Dejan Terglav, chaleureusement ovationné...