Quand #Onvautmieuxqueça démode « Parce que je le vaux bien »

Propagande 2.0 par  Mathieu Lapprand

L’irruption de #Onvautmieuxqueça, un hashtag (voir ci-dessous) en forme de mot d’ordre, qui s’est propagé sur tous les réseaux sociaux depuis le 24 février dernier, traduit le ras-le-bol d’une génération vis-à-vis de la précarité comme unique horizon professionnel… mais c’est aussi une réponse à un slogan emblématique, le fameux « Parce que je le vaux bien ».

Initié par un collectif de vidéastes (terme qu’ils préfèrent à youtubers) opposés à la loi Travail, le hashtag #Onvautmieuxqueça incite les internautes à décrire leurs conditions de travail : « raconte- nous la dernière fois où, au taf, on s’est foutu de ta gueule », « la fois où on t’a demandé de faire quelque chose d’impossible ou d’absurde », « quand on t’a demandé de bosser gratos ou qu’on t’a sucré ta paye ou ta prime », « quand tu as culpabilisé de partir du taf à l’heure ou simplement d’être malade », etc.

Le hashtag qui soulève le couvercle des mauvaises conditions de travail

Et en réponse à cette vidéo, devenue virale en quelques heures, les internautes salariés ont posté de multiples exemples d’abus ou d’exploitation sans vergogne sur les réseaux Facebook, Twitter ou par des témoignages vidéo. Le succès de cet appel aux témoignages a indéniablement renforcé la mobilisation en ligne, préparatoire à la première manifestation du 9 mars, à laquelle le collectif appelait à participer. Ces témoignages tordent le cou à la petite musique expliquant que le contrat entre un employeur et un salarié se conclut d’égal à égal, entre deux individus libres, ignorant l’idée même de lien de subordination. Or les témoignages produits montrent bien l’ampleur des abus inhérents à cette subordination et la faiblesse, voire l’absence de recours pour certains salariés.

Quand le hashtag démode le slogan

Ce hashtag est aussi une réponse à l’un des slogans publicitaires les plus mondialement connus, celui de la multinationale L’Oréal : « Parce que je le vaux bien ». Apparu aux États-Unis en 1973, le slogan « Because I’m worth it », littéralement « Parce que je le vaux », est arrivé en France en 1997. Destiné initialement aux femmes, il est adapté pour les hommes à partir de 2004. Mais du shampoing à la finance, ce slogan est, depuis vingt ans, surtout devenu emblématique des revenus indécents des traders ou golden boys : bonus de plusieurs millions d’euros, parachutes dorés ou « golden hello » étant légitimés par cette dialectique, ce raisonnement structurellement individualiste. La démesure étant, elle, justifiée par la valeur que ces individus s’attribuent.

Le hashtag des vidéastes opposés à la loi Travail est donc aussi une réponse à ce slogan individualiste : opposant un « on » collectif au « je » individualiste ; opposant la valeur recherchée : non au toujours plus, mais oui à un mieux. L’objectif de cette génération, en première ligne de la précarité, étant plus de mieux vivre que de gagner toujours plus.


Définition : Qu’est-ce qu’un hashtag ?
Le hashtag, également appelé mot-dièse, est un marqueur fréquemment utilisé sur les réseaux sociaux car il permet d’identifier un thème ou un sujet avec un mot clé plus ou moins partagé. Il est composé du signe typographique croisillon # (hash en anglais), suivi d’un ou plusieurs mots accolés.

A voir également :
 La page Facebook #Onvautmieuxqueça
 Les témoignagnes sur Twitter
 La chaîne Youtube avec les vidéos du collectif

 Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Les modifications cosmétiques de la loi travail

Emploi et Salaires par  Mathieu Lapprand

Les organisations syndicales ont reçu le 16 mars la saisine rectificative du Conseil d’État concernant la loi travail. Loin du dossier de presse gouvernementale et des artifices de communication, le texte de la saisine montre qu’au delà de quelques reculs anecdotiques, certaines des évolutions (...)

Actions du 5 et 9 avril : la mobilisation reste à l’ordre du jour

Dossier Loi Travail par  Valérie Forgeront

La journée de grève et de manifestations du 31 mars démontre « la détermination sans faille » des salariés et des jeunes pour le retrait de la loi Travail, indiquait l’intersyndicale (FO, CGT, FSU, Solidaires, Unef, UNL et FIDL) à l’issue de la journée. Les organisations, qui expriment « leur disponibilité (...)