Rapport du COR : les retraites malades de l’austérité

Retraite par Françoise Lambert

@ LUDOVIC/REA

Le retour à l’équilibre du système de retraite, qui était prévu pour 2022 il y a deux ans, est au mieux repoussé de vingt ans : c’est l’un des enseignements du dernier rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites (COR), rendu public le 13 juin. Celui-ci table désormais sur un déficit de 10 milliards d’euros à la fin du quinquennat. Il faudrait attendre au mieux 2042, selon le scénario le plus favorable (1,8 % de croissance de la productivité). En cas d’une progression des revenus d’activité limitée à 1,5 %, il faudrait patienter jusqu’en 2056 pour renouer avec l’équilibre. La dégradation provient d’une diminution des recettes à 13,4 % du PIB d’ici à 2022, tandis que les dépenses restent, elles, stables, à 13,8 %. La baisse des recettes est liée à la maîtrise des dépenses publiques à travers [celle] des rémunérations et de l’emploi des fonctionnaires, ce qui se traduit par des ressources moindres pour le système de retraite et une dégradation du solde, expose le COR. Autrement dit : ce sont bien l’austérité salariale imposée aux fonctionnaires et les 120 000 suppressions de postes envisagées dans la fonction publique qui viennent plomber le système de retraite. Un comble.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

La relance prochaine des contre-réformes, c’est Non !

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Mal en point, les finances publiques, fortement sollicitées depuis près d’un an, souffrent aussi des conséquences de choix faits en amont de la crise, tel celui d’accorder moult cadeaux aux entreprises ce qui s’est traduit pendant de longues années par un manque à gagner énorme en termes de recettes fiscales et sociales pour la collectivité.