Communiqué de FO

Rapport sur la santé au travail : une étatisation au risque de déresponsabiliser les entreprises

, Serge Legagnoa

Recommander cette page

© Jean-Claude MOSCHETTI/REA

Le rapport « Santé au travail : vers un système simplifié pour une prévention renforcée », confié à la députée Madame Charlotte Lecocq, a été rendu public ce 28 août. Si, à la lecture de ce rapport, la simplification à l’extrême du système apparait clairement, le renforcement attendu de la prévention est ici parfaitement abstrait.

Force Ouvrière rappelle que les récentes contre-réformes – à l’instar de la disparition des CHSCT avec la fusion des institutions représentatives du personnel ou encore l’espacement et le changement de fond des visites médicales – ont considérablement affaibli des acteurs de proximité jouant un rôle crucial dans la prévention en entreprise.

Force Ouvrière refuse que la prévention des risques professionnels soit abordée uniquement comme un coût et que la simplification du système ne serve qu’à respecter le dogme de la diminution de la dépense publique, au détriment de la santé et de la sécurité des travailleurs.

La fusion des différents acteurs concourant à la prévention de la santé au travail au sein d’une unique instance tripartite ne doit pas être un outil aux mains du gouvernement pour mettre à mort la gouvernance paritaire. Le paritarisme et la branche ATMP (accidents du travail-maladies professionnelles) sont aujourd’hui le seul mode de gestion apte à garantir une véritable démocratie sociale, et à générer des droits aux travailleurs financés en grande partie par leurs cotisations.

Force Ouvrière rappelle que la qualité des conditions de travail est un facteur déterminant en matière de prévention des risques professionnels, et souligne que tout investissement en prévention représente un coût largement moindre pour la collectivité que la réparation.

Force Ouvrière s’oppose à toute baisse de cotisations patronales ATMP qui serait la porte ouverte à une plus grande déresponsabilisation des chefs d’entreprise sur cette question essentielle de la santé au travail. Si la prévention doit être une priorité absolue pour laquelle les interlocuteurs sociaux sont mobilisés, elle doit rester de la responsabilité de l’employeur et ne peut, au motif de fusion des acteurs et des instances et d’universalisation, être transférée à chaque travailleur. Car à en faire l’affaire de chacun, le risque est que la prévention ne soit réellement l’affaire de personne : un pas de plus dans l’individualisation et la « déprotection » …

A propos de cet article

Sur l’auteur

Serge Legagnoa

Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective


  • Protection sociale collective et Sécurité Sociale
    - Accidents du travail & Maladies professionnelles
    - Assurance maladie
    - Famille
    - Prévention – Sécurité & Santé au travail
    - Recouvrement
  • Relations avec les partenaires

Envoyer un message à Serge Legagnoa

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 janvier 1946

Crise à la Fédération syndicale mondiale. L’AFL (American Federation of Labor) avait refusé de s’y intégrer, l’accusant d’être le "cheval de Troie" du communisme. Le plan Marshall, ressenti par les communistes de la FSM comme une volonté de colonisation de l’Europe occidentale, le (...)

Crise à la Fédération syndicale mondiale. L’AFL (American Federation of Labor) avait refusé de s’y intégrer, l’accusant d’être le "cheval de Troie" du communisme. Le plan Marshall, ressenti par les communistes de la FSM comme une volonté de colonisation de l’Europe occidentale, le "coup de Prague" et la création par Moscou du Kominform cristallisent les oppositions. Lors de la réunion du Bureau du 19 janvier 1949, les syndicats anglo-américains demandent que la Fédération suspende toute activité pendant un an et se consacre à un travail de réflexion. La majorité du Bureau propose une réunion d’une instance plus vaste ; le CIO et les syndicats anglais et hollandais quittent alors la Fédération, suivis peu après par les centrales des pays nordiques, de la Belgique, de l’Australie, de l’Autriche et de la Suisse.