Rapprochement entre la Caisse des Dépôts (CDC) et l’Agence Française de Développement (AFD)

Communiqué de la Fédération FO des Finances par Finances

Sans en préciser les contours, le Président de la République a annoncé le rapprochement de l’Agence Française de Développement (AFD) et de la Caisse des Dépôts (CDC), opérateur pivot de l’aide publique à l’international et à l’outre-mer.

Monsieur Rémy Rioux, ancien directeur de cabinet de Monsieur Moscovici à Bercy, est en charge d’une mission de préfiguration de cet adossement.

FO AFD, syndicat affilié à la Fédération FO Finances et premier syndicat de l’AFD, avec plus de 45 % des suffrages aux dernières élections professionnelles, a publié le communiqué ci-dessous.


Si le rapprochement entre l’AFD et la CDC semble à première vue une opportunité stratégique qui pourrait renforcer nos moyens d’interventions et poser les bases d’une politique de développement plus ambitieuse, nous resterons vigilants sur les questions de la préservation de nos missions, de l’emploi, et de l’indépendance de l’AFD.

Après l’annonce du Président de la République, les agents se posent beaucoup de questions et fournissent nombre de commentaires. Quel diagnostic portons-nous sur notre groupe aujourd’hui ? Comment se présente le projet annoncé ? Quel avenir pour les activités de l’agence ? Quel avenir pour les salariés ?

Fierté et ambitions

Le groupe AFD réunit des métiers du développement qui s’exercent en métropole, à l’étranger et en Outre-mer dans des contextes et en faveur d’acteurs très divers, via des financements de formes différentes mais avec un objectif commun : travailler pour l’intérêt général, le développement durable des pays concernés.

Inscrit sur le long terme, notre engagement professionnel nous fait investir de façon continue dans une connaissance des besoins et enjeux de nos contreparties qui bénéficie du positionnement unique de notre réseau d’agences. Chaque agent est fier de s’inscrire dans une histoire en construction, dans un projet au service du développement et du rayonnement de la France.

Force est de reconnaître que depuis la loi d’orientation et de programmation sur le développement et la solidarité internationale, l’AFD n’a pas su rebondir sur le plan stratégique. Il faut aller vers une nouvelle approche du développement. C’est le cas en Outre-mer, où les activités restent plafonnées à un montant insuffisant au regard du défi de la lutte contre le chômage. C’est le cas dans les pays en développement, où les politiques globales demandent des montants importants afin d’accompagner un changement économique, social et environnemental désormais urgent ; l’actualité récente le montre cruellement.

Un rapprochement prometteur

Dans ce contexte, la logique qui prévaut aujourd’hui à la gestion de l’établissement, à coups de rabot, est loin d’être à la hauteur des enjeux. Une approche plus structurelle apparait nécessaire ; elle est évoquée de longue date. La rationalisation du secteur public financier contient en germe de nombreuses sources d’efficacité.

Le groupe de la CDC représente un grand ensemble financier. Un rapprochement pourrait ouvrir des opportunités de solutions à nos problèmes structurels de moyens et alimenter ainsi un renouveau stratégique. Nous accueillons donc positivement ce projet de rapprochement dont l’objectif annoncé est de renforcer l’AFD. Nous l’accompagnerons en ce sens.

Nous veillerons à représenter les nombreuses sensibilités du Groupe et de ses métiers, au siège comme dans les agences, et dans nos divers établissements. Nous serons exigeants pour préserver les spécificités de l’AFD et que cette réforme porte l’ambition qu’elle mérite.

Des questions et une vigilance

Dès à présent, nous nous posons des questions auxquelles les réponses n’existent sans doute pas encore. Face à cette perspective annoncée soudainement, les inquiétudes sont inévitables. Nous porterons ces questions dans toutes les instances, si possible en lien avec les autres élus dans le groupe de la CDC, et dans les autres établissements concernés. Nous veillerons à ce qu’elles reçoivent une réponse convenable.

En effet, après l’annonce politique, les incertitudes et les questions l’emportent sur les éléments de confort.

Celles-ci sont d’abord stratégiques.

S’agit-il d’entériner un désengagement financier de l’État, une baisse continue des budgets en faveur de l’aide publique au développement et donc de nouvelles baisses budgétaires des programmes 110 et 209 ? S’agit-il de restructurer nos activités dans une logique pure de diplomatie économique ? Va-t-on dissocier activités en faveur des pays les plus pauvres des activités en faveur du secteur privé et des émergents ? Activités souveraines et non souveraines ? Va-t-on filialiser l’activité outre-mer, ou sera-t-elle absorbée par la CDC ? Ce rapprochement, qui entrainera à n’en pas douter une augmentation de l’encours, amènera-t-il l’Agence à développer ses moyens d’agir et enrayer cette course aux gains de productivité qui n’ont fait qu’impacter la qualité des interventions et dégrader le climat social ?

Et d’autres questions d’ordre structurel se posent pour préparer au mieux ce rapprochement auquel nous croyons.

Quelle forme va prendre le rapprochement ? Quel est le calendrier prévisionnel de la mission de préfiguration et sa mise en oeuvre ? Qu’adviendra-t-il de notre identité ? Notre rapprochement avec la CDC annonce-t-il le rapprochement ultime de l’IEDOM à la Banque de France ? La culture du développement sera-t-elle préservée ? Quel avenir pour Proparco ?

Quelle sera l’évolution du statut du personnel ?

Tant d’autres interrogations encore… que nous, élus, nous engageons à relayer. Nous comptons particulièrement sur vous dans cette période pour nous faire part de vos analyses et que vous partagiez l’information afin de nous permettre de vous représenter au mieux.

En tant que syndicat responsable et vigilant, FO AFD souhaite accompagner les transformations majeures de l’entreprise pour qu’elles soient un moteur de croissance et un facteur de progrès social.

 Voir en ligne  : Fédération FO des Finances

Finances Secrétaire général

Sur le même sujet

Manuel Valls annonce la couleur : un super plan d’austérité !

Conseil des ministres du 16 avril 2014

En confirmant et précisant le plan de 50 milliards d’économies sur les dépenses publiques jusqu’en 2017, pour se conformer au pacte budgétaire européen, le Premier ministre s’attaque au coeur de la solidarité qu’incarne le service public et accentue la baisse du coût du travail.
Les salariés payent le (...)

Réforme de l’Etat : ça commence mal !

Service Public par Pascal Pavageau

Le Premier ministre a annoncé explicitement une nouvelle vague de Réforme de l’administration territoriale de l’État (RéATE) lors du Conseil des ministres du 2 juillet. Ces annonces s’inscrivent dans la remise en cause des services publics locaux de l’État initiée par la RéATE de la RGPP de 2010.

Fonction publique d’État : une première place confortée

Service public par  Valérie Forgeront

Le verdict des urnes est clair : FO reste la première organisation dans la fonction publique d’État, avec 17 % des suffrages, soit une progression de 0,4 % par rapport à 2011. L’organisation devance ainsi dix syndicats dont la FSU – par un écart de 1,4 % –, en repli de 0,2 %. FO prend aussi de la distance (...)