Réchauffement climatique : la CSI veut une transformation industrielle « juste »

Enjeu par Evelyne Salamero

Article publié dans le Dossier Climat
Laurent Fabius, qui présidera la COP21, devait débattre avec les syndicalistes au CESE ce 15 septembre. F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

La Confédération syndicale internationale a organisé son propre sommet, les 14 et 15 septembre à Paris, à deux mois et demi de la 21e conférence des Nations unies sur le climat, la COP21.

« Pas d’emploi sur une planète morte ». Tel est le slogan, en forme de mise en garde, mis en avant par la CSI, qui entend montrer l’engagement du mouvement syndical pour « décarboniser [les] lieux de travail et [les] industries », mais aussi intensifier sa campagne pour une « transition juste », de façon à ce que la transformation industrielle qui s’annonce ne soit pas synonyme de perte d’emplois. En organisant un sommet syndical les 14 et 15 septembre à Paris, au siège du CESE (Conseil économique, social et environnemental), la CSI a donc préparé à sa façon la COP21, qui se réunira début décembre dans la capitale en vue d’aboutir à un nouvel accord international sur le climat qui permette de maintenir le réchauffement climatique en deçà de deux degrés.

« S’opposer à toute logique de décroissance »

Cet objectif, souligne Pascal Pavageau, secrétaire confédéral FO chargé du secteur économique, « impose de nouvelles politiques industrielles et que la Recherche & Développement publique inter-États soit ambitieuse. L’objectif n’est pas de ne plus faire, mais de faire autrement. La COP21 doit s’opposer à toute logique de décroissance ». Les investissements publics sont essentiels. Sur ces investissements publics pourront se greffer les investissements privés, mais en dehors de la logique partenariat public-privé, insiste encore FO. 

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Climat
Tous les articles du dossier

COP 22 : une « COP de l’action » frôlant l’inaction

Communiqués de FO par Pascal Pavageau, Secteur Économique

Après la « COP de l’Accord » à Paris en 2015, la COP 22 s’annonçait comme la « COP de l’action ». En l’occurrence, l’attentisme et les tentatives de retours en arrière ont surtout marqué ces quinze jours : l’élection américaine a apporté sa part d’incertitudes, le lobbying des multinationales et de la finance a (...)

COP 21 : la communication est brillante mais socialement l’Échec est mat

Communiqué de FO par Pascal Pavageau

Alors même que les COP visent à prendre des décisions environnementales afin d’atteindre des objectifs de lutte contre les changements climatiques, à nouveau, à l’instar des négociations du TTIP, le pilier économique s’impose en maître sur l’échiquier de la scène internationale. En effet, les puissants (...)