Reconnaissance de la COVID-19 en maladie professionnelle : FO demande au gouvernement de revoir sa copie

Communiqué de FO par Secteur Protection sociale collective, Serge Legagnoa

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19
Romain GAILLARD/REA

Après plusieurs mois d’attente, et alors que le site de l’assurance maladie avait déjà commencé à recueillir les demandes de reconnaissance sans véritable base légale, le décret permettant la reconnaissance de la COVID- 19 en maladie professionnelle est enfin paru.

Si la reconnaissance de la COVID-19 à travers un tableau de maladie professionnelle est une revendication Force Ouvrière depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement en limite fortement l’effectivité. En effet, lors de la présentation du projet de décret aux interlocuteurs sociaux, FO avait fait valoir que ce tableau devait s’appliquer à minima à l’ensemble des salariés ayant continué de travailler en présentiel pendant le confinement. Or, le décret restreint la prise en charge uniquement aux personnels ayant effectué des travaux dans le secteur de la santé (établissements hospitaliers et médico-sociaux).

Alors même que de plus en plus de séquelles liées à cette pathologie apparaissent chez des patients n’ayant pas été placés sous respirateur, le décret continue de limiter la prise en charge automatique au cas les plus graves d’infection à la COVID-19. Ainsi, seuls les cas ayant nécessité une oxygénothérapie, une assistance ventilatoire, ou encore les patients décédés, pourront bénéficier d’une prise en charge au titre du tableau de maladies professionnelles.

Pour tous les autres travailleurs, un véritable parcours du combattant sera nécessaire pour obtenir une véritable prise en charge de leur pathologie au titre d’une maladie professionnelle. Ils devront passer devant un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles et apporter la preuve que la contamination à la COVID 19 est en lien direct – voire en lien direct et essentiel avec le travail.

Si Force Ouvrière avait reconnu de la part du gouvernement une volonté d’avancer sur ce dossier, cela ne s’est pas concrétisé dans les faits, les nombreuses critiques apportées au projet de décret n’ont pas été prises en compte. La prise en charge en maladie professionnelle de la COVID-19 va se limiter à un très petit nombre de travailleurs aux vues des conditions restrictives imposées. C’est pourquoi FO revendique la modification immédiate de ce tableau et l’élargissement de la prise en charge pour consacrer une réparation juste à tous les travailleurs. Pour FO, le gouvernement doit revoir sa copie et apporter enfin une véritable reconnaissance aux salariés mobilisés durant la crise sanitaire.

Secteur Protection sociale collective

Serge Legagnoa Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective

Tous les articles du dossier

Passe sanitaire : FO vous répond

Coronavirus / Covid19

La mise en place du passe sanitaire nécessite un éclairage sur différents aspects. Cette foire aux questions sera alimentée régulièrement de nouveaux items et en fonction de l’évolution du sujet.

Réouverture des crèches et des établissements : Nous exigeons toujours des garanties

Coronavirus / Covid19 par Enseignement, Culture et Formation professionnelle, Services publics et de Santé

Alors que le matériel de protection manque partout (masques FFP, gel hydro-alcoolique...) et que, déjà dans la situation actuelle, l’accueil des enfants des personnels soignants est indispensable à la gestion de la crise et ne se fait pas sans difficulté, le président de la République a annoncé la réouverture des crèches et écoles à partir du 11 mai, les collèges le 18 mai et les lycées début juin.

Transports urbains : déconfinement ou navigation à vue ?

Coronavirus / Covid19 par Evelyne Salamero

« Nous serons prêts pour le 11 », assurait le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, mardi 5 mai au soir, tout en expliquant que… des lignes de transport en commun pourraient être de nouveau fermées après le 11 si les règles de sécurité sanitaire n’étaient pas respectées.