Réforme des douanes : enfin un accord d’accompagnement social et de reconnaissance indemnitaire

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

La grève nationale et le rassemblement massif du 10 mars à Bercy, à l’appel de sept syndicats dont FO-USD, ont payé. Alors qu’une réforme transférera plus de 70 % des missions fiscales douanières vers la DGFIP d’ici à 2024, mettant ainsi plus de 700 postes sur la sellette, le gouvernement a été contraint de proposer aux agents (quelque 17 000) des mesures d’accompagnement social et une reconnaissance salariale de leur engagement professionnel. Signé le 4 avril par six syndicats, dont FO, l’accord prévoit notamment une revalorisation indemnitaire (de l’IMT, l’IR et de l’ACF), ce qui se traduit par une augmentation de près de 500 euros net par an et par douanier dès 2023.

Pour un reclassement proche du lieu de vie

À partir du 1er mai, ils percevront 20 euros net de plus par mois (+ 11 euros pour les administrateurs), puis 20 euros de plus au 1er janvier 2023. Est prévue aussi la hausse du taux de promotion des catégories C en B et B en A, et le relèvement des taux de promotions intra-catégorielles. L’accord, qui crée par ailleurs un fonds doté de 5 millions d’euros pour l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement de travail ou qui prévoit encore la formalisation prochaine de propositions pour l’évolution (service actif) du régime de retraites, acte aussi la recherche systématique d’un reclassement à la résidence [proche du lieu de vie actuel, NDLR], si possible en douane, en fonction des souhaits de l’agent, se réjouit l’USD-FO. Dans le cadre de la réforme, la question des reclassements en cas de suppression de poste inquiète particulièrement les agents.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Quand la Cour des comptes distribue ses bons ou mauvais points

Rapport 2018 par  Valérie Forgeront

Elles sont classées du vert au rouge. Elles, ce sont les recommandations faites les années précédentes par la Cour des comptes. Des recommandations plus ou moins suivies par les pouvoirs publics. Au fil d’un pavé de plus de cinq cents pages, les magistrats de la rue Cambon reviennent sur le degré d’application de leurs préconisations.