Communiqué de FO

Réforme des retraites : Force Ouvrière réaffirme son attachement aux pensions de réversion

, Philippe Pihet

Recommander cette page

La réunion de concertation de ce jour a permis à notre Organisation de réaffirmer sa revendication sur le maintien des pensions de réversion ainsi que tous les autres droits familiaux.

En réponse, le Haut-Commissaire à la Réforme des Retraites a déclaré que la question posée n’avait pas pour objet la suppression de ces droits, dont acte.

Force Ouvrière a confirmé que si les différences existaient dans l’attribution de la réversion, la solution résidait dans un alignement des différents régimes « par le haut », une réversion pour les veuves et veufs à 60% du droit du défunt, sans condition de ressources.

Cette revendication, comme celles rappelées sur le maintien des régimes et des statuts avaient déjà fait l’objet de communications au cours des rencontres précédentes, conformément aux résolutions de notre Congrès confédéral.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Philippe Pihet

Secrétaire confédéral au Secteur des Retraites, de la Prévoyance complémentaire


  • Retraites, pensions et retraites complémentaires
  • Prévoyance sociale et Assurance maladie complémentaire
  • Union Confédérale des Retraités (UCR)
  • Vieillesse et dépendance

Envoyer un message à Philippe Pihet

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

23 mai 1618

Début de la guerre de Trente Ans
Défenestration de Prague, contre les gouverneurs impériaux ; deux d’entre eux sont précipités d’une fenêtre par les protestants des états de Bohême dont l’empereur Mathias a violé les droits religieux concédés par la lettre de majesté. En fait, l’aristocratie protestante se révolte contre la domination (...)

Défenestration de Prague, contre les gouverneurs impériaux ; deux d’entre eux sont précipités d’une fenêtre par les protestants des états de Bohême dont l’empereur Mathias a violé les droits religieux concédés par la lettre de majesté. En fait, l’aristocratie protestante se révolte contre la domination catholique. Cet événement marque le début de la guerre de Trente Ans (1618-1648).