Réforme des retraites : la mobilisation continue

Revue de presse par Christophe Chiclet

© F. BLANC

La journée de rejet du projet de réforme des retraites, le 17 décembre dernier, a connu un franc succès, tant à Paris qu’en province. La CGT-FO était présente sur tous les terrains. Aperçu dans la presse.

Le Figaro
Yves Veyrier, le patron de FO, J’espère qu’on sera enfin entendu, que le gouvernement va finir par comprendre qu’il faut appuyer sur le bouton stop, a déclaré le dirigeant syndical.

Aujourd’hui en France
Forte mobilisation à Paris. Si Philippe Martinez (CGT), Yves Veyrier (FO) et autres représentants de la FSU et de la CFE-CGC, défilaient main dans la main en tête de cortège, il fallait attendre presque une heure pour voir passer les banderoles CFDT, Unsa et CFTC. En tout cas, toutes les professions étaient bien là, dans la rue : Un vrai panel de la société française en tout cas. Car dans les rangs des manifestants se succédaient, lycéens et étudiants, cheminots et avocats, personnels hospitaliers et de la RATP, d’EDF, ou encore des égoutiers de Paris, des profs, des retraités. Le tout, non sans humour : Les pancartes agitées ne manquaient pas d’humour, à l’image de ce défilé plutôt bon enfant. Métro, boulot, caveau. Un écho à la déclaration de Léon Jouhaux qui parlait à une époque lointaine de la retraite des morts.

L’Humanité
A Lyon aussi : À l’appel de la CGT, de FO et de SUD, une bonne centaine de salariés de la chimie, de la métallurgie, du bâtiment, des cheminots, des personnels hospitaliers, des enseignants, des étudiants, des chômeurs, des retraités et des gilets jaunes s’étaient levés en pleine nuit pour commencer tôt cette nouvelle journée d’action, avant la manifestation interprofessionnelle en fin de matinée. C’est important de renforcer la mobilisation par des actions de ce type, pour montrer aux salariés du privé que, contrairement à ce qui se dit, on est aussi concernés par la réforme des retraites , explique Pascal Mirasses, responsable FO de la chimie dans le Rhône, qui souligne que les appels à la grève sont légion, de Solvay à Arkema, en passant par Kem One. À la raffinerie, il n’y a plus d’expédition depuis 4 heures du matin , précise-t-il.

Le Républicain
Même mobilisation dans les petites villes, comme à Langon, sous préfecture du sud-Gironde : Mouvement de grève mardi 17 décembre à Langon. Le lycée Jean Moulin a été bloqué par les professeurs pour protester contre la réforme des retraites. Mais, il n’y avait pas que le corps enseignant mobilisé. De l’autre côté de la ville, c’est le personnel du centre hospitalier qui est en grève. Le mouvement dure depuis la fin du mois de juin,… , Sophie Guéry, secrétaire adjointe de FO et infirmière : L’hôpital de Langon a cumulé 6 millions d’euros de dette, on a donc dû faire face à une restructuration. On a perdu énormément de lits et de postes en un an ! Le service chirurgie a perdu 8 places, l’hôpital de semaine a été fermé, comme notre service de chimiothérapie. Tout cela en moins d’un an, avec une réduction de postes.

 

07 - Privas

Sur le même sujet

Retraites - Renforcer et élargir dès maintenant la mobilisation !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération réunissait ce jour l’ensemble de ses fédérations nationales de tous les secteurs d’activité : métallurgie, automobile, aéronautique, chimie, raffineries, pharmacie, textile, agro-alimentaire, grande distribution, restauration, agriculture, commerce, services à la personne, banque, (...)