Réforme territoriale, déforme terri-létale

Communiqué de Force Ouvrière par Pascal Pavageau

La loi « relative à la délimitation des Régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral » modifiera donc la délimitation et le nombre des Régions. Et elle préfigure la disparation des départements. Elle forme le deuxième volet de la réforme territoriale après la loi du 27 janvier 2014 qui instaure les métropoles.

Si le passage imposé de 22 à 13 régions retient l’attention, il n’est, en fait, qu’un élément de la réforme qui va de pair avec l’acte III de décentralisation-régionalisation.

Les orientations de ces textes législatifs sont bien plus importantes et profondes que la fusion des Régions. Elles menacent clairement l’égalité de droit républicaine et la présence de la puissance publique au plus proche des citoyens.

Fusions des régions, suppressions des départements, regroupements forcés des communes en intercommunalités à plus de 20 000 habitants, métropolisation imposée : associé à la réduction drastique des services et des missions de l’État au niveau départemental, cette contre-réforme conduit à l’éloignement de la puissance publique, à la désertification des services publics relégués à d’immenses régions-provinces, à des suppressions d’effectifs publics du fait des mutualisations, et à des mobilités forcées pour plus de 400 000 agents (État et territoriaux).

Force Ouvrière s’oppose à cette transformation de la République en « fédération de régions » aux pouvoirs d’adaptation normative et règlementaire conduisant à l’instauration de droits différents selon les régions ou les métropoles.

A l’issue de débats qui ont fait ressurgir des communautarismes d’un autre âge, on ne peut que dénoncer le déni démocratique de la procédure d’autant que le référendum local, obligatoire jusqu’à maintenant en cas de fusion ou regroupement de collectivités territoriales et qui a notamment permis aux alsaciens de bloquer la mise en œuvre du projet de collectivité unique d’Alsace en 2013, vient d’être supprimé par le parlement.

Cette réforme remet en cause l’indivisibilité, la cohérence, la lisibilité, l’unicité et, du coup, l’égalité républicaine, c’est-à-dire l’égalité de droit.

Force Ouvrière s’oppose à une République XXS, balkanisée en une fédération de régions XXL.

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Déconfinement phase 2 – réaction FO

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération FO constate que la phase 2 du déconfinement, telle que présentée par le Premier ministre, du fait du ralentissement - évidemment attendu par tout un chacun - de l’épidémie de Covid-19, conduit à une accélération de reprise d’activité dès le 2 juin dans nombre de secteurs.

Chiffres du chômage : vers une crise sociale sans précédent

Communiqué de FO par Michel Beaugas

La Dares et Pôle emploi ont publié ce jour, des indicateurs du marché du travail spécifiques à la crise sanitaire pour le mois d’avril 2020. Malgré le recours systématique à l’activité partielle et la mise en place du « travail à domicile » ou « télétravail » dans des conditions souvent aléatoires, les (...)

Transfert de la dette sociale et dépendance : réaction FO

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le Gouvernement vient de saisir les caisses nationales de la Sécurité sociale pour avis sur un projet de loi organique et un ordinaire, relatif au transfert de l’essentiel de la « dette Covid » à la caisse de la dette sociale (la CADES), pour un montant prévu de 136 milliards d’euros, et un report de l’extinction de la dette sociale à 2033 alors qu’elle devait s’éteindre en 2024.