Rejet du Ceta : pour FO, il faut tenir parole !

Dossier Traités de libre-échange commerciaux par Pascal Pavageau

Manifestation contre le TTIP et le Ceta, le 20 septembre 2016 à Bruxelles, à l’appel notamment des organisations syndicales belges (FGTB, CSC, CGSLB) avec le soutien de la CES. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Malgré les nombreuses mises en garde de la Commission indépendante d’évaluation du Ceta (mise en place par le gouvernement) et la saisine belge de la CJUE sur le mécanisme de règlement des différends, le Ceta est mis en œuvre provisoirement en France à compter d’aujourd’hui.

Comme le rappelle Force Ouvrière dans un courrier avec plus de 50 organisations au président de la République, suspendre l’application provisoire du Ceta reviendrait à honorer une promesse de campagne et marquerait une volonté politique visant à éviter le dumping social, les pertes d’emploi et les impacts désastreux de cet accord commercial tant socialement, environnementalement qu’économiquement.

Cette mise en œuvre provisoire constitue un véritable danger social et économique, au profit d’un libéralisme débridé, au mépris des droits du travail et de l’Homme. Force Ouvrière dénonce cette décision et réaffirme son opposition au Ceta.

Pascal Pavageau SECRETARIAT GENERAL

Tous les articles du dossier

TISA, nouvelle menace sur les services publics

Libre-échange par Mathieu Lapprand

Depuis deux ans, un traité de libéralisation des services est en discussion à Genève. Sa conclusion bouleverserait le commerce international et les réglementations nationales. Les services du Commissaire Européen au Commerce Karel de Gucht ont précisé à Fo-Hebdo les limites fixées par l’Union dans ces (...)

Chiffre d’aujourd’hui : 100 000 dollars au soleil du Transpacifique

International par Michel Pourcelot

Le site internet WikiLeaks a, le 2 juin dernier, offert 100 000 dollars, soit quelque 89 000 euros, à quiconque révèlera au grand jour l’intégralité de l’accord de Partenariat Trans-Pacifique (PTP), dont il a lui-même déjà dévoilé quelques chapitres mais dont la majeure partie reste inconnue. Actuellement (...)