Relais H, la FGTA-FO veillera au respect du code du travail sur l’ensemble du territoire

Communiqué de la FGTA-FO par FGTA-FO

« Hall Gare d’Arles » by Florian Pépellin (Floflo) - Own work. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Suite à des pratiques pouvant relever de la fraude sociale constatées par la FGTA-FO chez Relais H sur l’aéroport de Nice, la Fédération syndicale annonce son intention de surveiller tous les appels d’offres auxquels participera cette société afin de défendre l’application du droit du travail, notamment à Roissy.

Pour rappel, la société Relay France (groupe Lagardère) organise à Nice un démembrement juridique qui soustrait les salariés aux règles protectrices du code du travail en matière d’accords collectifs applicables, de protection contre les licenciements et les coupe de leur accès aux instances de représentation du personnel existantes. A cela s’ajoutent de nombreuses situations qui relèvent du harcèlement individuel et collectif.

La FGTA-FO a saisi les instances compétentes pour stopper ce contournement du droit social et fera de même partout où la société Relais H tenterait de renouveler ce type de pratiques inadmissibles.

 Voir en ligne  : FGTA-FO - Site internet

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Pourquoi les cheminots FO rejettent la nouvelle convention collective nationale du ferroviaire

Congrés par Evelyne Salamero

Plutôt que de généraliser la réglementation du travail en vigueur à la SNCF ( près de 150 000 cheminots) à l’ensemble des entreprises privées qui voient le jour dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire ( environ 5 000 cheminots à ce jour), employeurs et gouvernement ont choisi d’abroger celle-ci et d’imposer à l’inverse un nivellement par le bas à l’ensemble des cheminots.

L’élection : Syndicat national des collaborateurs parlementaires

Entre Militants

Le SNCP FO, Syndicat national des collaborateurs parlementaires, a saisi le tribunal administratif de Paris lundi 18 mai pour obtenir l’élection à l’Assemblée nationale de représentants pour les 2 000 assistants des députés, réclamant « des élections de site ». Un tel mode de scrutin est prévu par le Code (...)